THAÏLANDE - CAMBODGE

THAÏLANDE & CAMBODGE : INFOS, EMPLOI, IMMOBILIER, CULTURE, POLITIQUE
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le parti du Premier ministre, grand favori aux législatives

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thaïlande - Cambodge
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5571
Date d'inscription : 08/08/2004

MessageSujet: Le parti du Premier ministre, grand favori aux législatives   Ven 4 Fév - 9:34


Thaïlande : Le parti du Premier ministre, grand favori aux législatives


Le parti Thai Rak Thai (TRT) du Premier ministre Thaksin Shinawatara affronte dimanche avec confiance les élections dont il est le grand favori, en dépit des crises de la grippe aviaire, de la rébellion dans le Sud musulman, et du tsunami.
Principal parti d'opposition, le Parti démocrate a déjà jeté l'éponge. Il a modestement axé sa campagne sur les 201 sièges - sur 500 - de la Chambre des représentants qu'il espère emporter pour être en mesure de censurer le Premier ministre. Le TRT vise 350 des sièges de la chambre basse. Arrivé au pouvoir après l'humiliation de la débâcle financière de 1997, M. Thaksin, avec des messages et des méthodes simples a permis aux Thaïlandais de redresser la tête.
L'économie a retrouvé des couleurs, avec des taux de croissance annuels de l'ordre de 6 % pendant son mandat, les plus forts en Asie orientale après la Chine. M. Thaksin a soigné le monde paysan qui constitue toujours le gros de son électorat en augmentant le revenu rural, balayant avec mépris les critiques des intellectuels et des élites urbaines sur son populisme. Son empire dans les télécoms a encore prospéré et son mandat a été marqué par une collusion inédite entre la politique et les affaires et la poursuite de la corruption.
Le mandat de M. Thaksin a aussi été agité de crises aussi imprévisibles que violentes, particulièrement en 2004. Le Sud s'est remis à flamber et les violences imputées à des séparatistes musulmans ont fait plus d'un demi-millier de morts. La grippe aviaire a décimé les élevages de poulet. Le 26 décembre, la région de Phuket, perle du tourisme, était dévastée par le tsunami qui a fait plus de 5.300 morts. M. Thaksin espère que son second mandat sera plus calme pour mener à bien sa grande promesse : l'éradication de la pauvreté dans la décennie. "À l'heure actuelle, l'escalade de la violence dans le Sud est la seule menace sérieuse pour son second mandat", estimait Thitinan Pongsudhirak, de l'Université Chulalongkorn.

AFP/VNA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thaïlande - Cambodge
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5571
Date d'inscription : 08/08/2004

MessageSujet: Re: Le parti du Premier ministre, grand favori aux législatives   Ven 4 Fév - 12:33


BANGKOK, 4 fév (AFP)
Thaksin Shinawatra, milliardaire des télécoms, grand patron de la Thaïlande

Après avoir bâti un empire dans les télécoms, le milliardaire Thaksin Shinawatra veut prouver que la politique ne lui résiste pas non plus et entend bien rester le "patron" incontesté de la Thaïlande, même si son style ne lui vaut pas que des amis.

Energique, ambitieux, sûr de lui, ce Thaïlandais de 55 ans d'origine chinoise, est l'incarnation même du self-made man touche à tout.

Avant de devenir l'homme le plus riche de Thaïlande, M. Thaksin, candidat dimanche à sa succession, a porté plus d'une casquette, à commencer par celle de policier.

Docteur en droit pénal d'une université américaine, la trentaine venue, il s'est vite senti à l'étroit dans une police "trop bureaucratique" et se lance dans les affaires, où il subit plusieurs fois de cuisants échecs.

Mais sa vie semble ensuite ne le porter que vers le succès.

Grâce aux franchises gouvernementales et à un réseau croissant d'amis fortunés et influents au sein des grandes dynasties des affaires sino-thaïes, il édifie en quelques années un empire dans les portables et satellites, avec son groupe Shinawatra.

Peu importe que M. Thaksin, qui a pris de l'étoffe, fasse ensuite au gouvernement trois passages aussi brefs que peu convaincants, il décide qu'il sera Premier ministre. Il construit donc ex-nihilo le parti Thai Rak Thai, une machine de guerre aux gros moyens financiers avec laquelle il se lance à la conquête de la Thaïlande.

Et celle-ci, lasse des hommes politiques falots, se laisse totalement séduire par ce "quinqua" moderne au discours nouveau: le TRT rafle aux élections de 2001 le score le plus élevé jamais obtenu par un parti.

M. Thaksin se met alors à gouverner le royaume tel un "CEO", un directeur général, et impose le style et les méthodes de l'entreprise à la bureaucratie gouvernementale.

"Une compagnie, c'est un pays. Un pays, c'est une compagnie", lance-t-il, "la gestion est la même".

Premier ministre depuis six mois, il est acquitté de justesse par la Cour constitutionnelle après avoir été accusé de malversations et sauve in extremis sa carrière politique.

Cet homme immensément riche qui se dit près du peuple n'a pas peur de verser dans le populisme. Il soigne les petits paysans, qui, pour beaucoup, l'adulent. Mais les élites urbaines ne l'aiment pas.

Certains ont décelé chez lui une fâcheuse tendance à gaffer parce qu'il parle à tort et à travers, à passer en force, à museler ses opposants et la presse, y compris étrangère.

Alors que les critiques --qu'il supporte très mal-- s'accumulent, M. Thaksin s'étonne avec une fausse naïveté de leur "malveillance".

Il se fait le chantre d'une Thaïlande décomplexée, débarrassée de la pauvreté, de la corruption et de l'humiliation du naufrage de la crise financière de 1997. Une Thaïlande à la fois fière de sa culture, leader en Asie du Sud-Est et capable de tenir son rang à l'heure de la mondialisation.

Sa gestion apporte une nette embellie économique, les investisseurs sont rassurés par la stabilité politique, alors que le rouleau compresseur du TRT a absorbé trois de ses quatre partenaires de la coalition gouvernementale.

Jamais un chef de gouvernement démocratiquement élu n'aura concentré autant de pouvoirs en Thaïlande que M. Thaksin.

Mais pour beaucoup, il en abuse.

Ses ennemis accusent cet homme sans états d'âme d'être autoritaire et d'utiliser les mêmes vieilles combines de la politique clientéliste thaïlandaise, mêlant politique, affaires et corruption.

La brutalité d'une campagne antidrogue qui a fait plus de 2.000 morts en 2003 a choqué, de même que la poigne de fer utilisée dans le Sud contre le séparatisme musulman et la totale absence de remords chez M. Thaksin après le massacre de musulmans par l'armée.

Marié et père de trois enfants, M. Thaksin, qui ne s'est jusqu'ici pas soucié d'avoir un successeur, a souhaité effectuer deux mandats, pour se retirer de la politique à l'âge de 60 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le parti du Premier ministre, grand favori aux législatives
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» c'est parti, mon premier 120l !
» Stop aux massacres des Globicéphales - (îles Féroé)
» madagascar
» premier ministre camping cariste
» Larry, chat abandonné, maintenant dans un palace : au 10 Downing Street (Angleterre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THAÏLANDE - CAMBODGE :: Catégorie à modifier... :: THAÏLANDE-
Sauter vers: