THAÏLANDE - CAMBODGE

THAÏLANDE & CAMBODGE : INFOS, EMPLOI, IMMOBILIER, CULTURE, POLITIQUE
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Gastronomie à Bangkok: les chefs français toujours chic...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thaïlande - Cambodge
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5571
Date d'inscription : 08/08/2004

MessageSujet: Gastronomie à Bangkok: les chefs français toujours chic...   Jeu 24 Fév - 13:37


Vue du restaurant français "Le Normandie" à Bangkok
jeudi 24 février 2005, 11h32
Gastronomie à Bangkok: les chefs français toujours chic, mais concurrencés par les Italiens


BANGKOK (AFP) - La cuisine française tient toujours le haut du pavé à Bangkok, mais elle est sérieusement concurrencée par la vague italienne, plus abordable mais tout aussi exotique pour les gourmets de Thaïlande.
Au Normandie, le plus prestigieux restaurant de Bangkok, situé dans l'hôtel Oriental, la cravate est de rigueur. Au menu, ravioles de foie gras et émulsion de crème truffée, homard de Bretagne dans un jus sésame et citron : des plats concoctés par le Français Guy Martin, chef du Grand Véfour, restaurant trois étoiles du premier arrondissement de Paris.


Dans les palaces de la capitale thaïlandaise, où se trouvent la plupart des tables les plus prestigieuses --telle celle des Frères Pourcel, du "Jardin des sens" à Montpellier (sud de la France), arrivés il y a quelques mois-- les menus se déclinent traditionnellement en français. Avec plus d’une cinquantaine de cuisiniers dans le pays, le pays de Vatel tient le haut du pavé en terme de chic.
Chic, voire trop chic, puisque la gastronomie hexagonale reste inaccessible à la plupart des Thaïlandais.

"Notre cuisine est considérée comme réservée aux riches ; il est impossible de viser une gamme moyenne", explique à l’AFP Bruno Potel, l’un des premiers chefs français à s’expatrier en Thaïlande, il y a vingt ans.

"Vue de l’étranger, la cuisine française a la réputation d’être une cuisine gastronomique. Cela a des inconvénients : on l’imagine riche, et chère ; elle finit donc par devenir une cuisine d’exception", confirme Michel Bezardin, propriétaire du restaurant Le Bistingo.

Avec une dizaine d’autres professionnels de la restauration, il a monté un cercle, "les ambassadeurs du bon goût français" au logo bien distinctif : un fier coq bleu-blanc-rouge.

"La gastronomie française a perdu l’avance qu’elle possédait. Nous voulons la remettre au goût du jour", explique à l’AFP Eric Cornille, président du club.

Car avec leurs cartes moins chères et aux noms moins impressionnants, les restaurants italiens ont rempli la demande de goût à l’occidentale des classes moyennes thaïlandaises.

"Depuis deux ans surtout, c’est une véritable folie : chaque semaine un nouvel Italien ouvre ses portes", constate François Tatté, chef pâtissier à l’hôtel Intercontinental.

La capitale thaïlandaise compte plus de 200 restaurants italiens, contre une poignée d’établissements français.

Sur ces cartes françaises affichant foie gras ou homard de Bretagne, la quasi-totalité des produits viennent d’au-delà des frontières, d’où des prix très élevés par rapport aux standards locaux, où l’on mange copieusement pour 500 bath (10 euros).

"Dans une simple tarte aux pommes, tout est importé, même le beurre et la farine", confirme François Tatté.

Navarin d’agneau, vichyssoise d’asperge ou sauce béarnaise : en plus du prix, les noms ronflants des menus français ne simplifient pas la tâche des Thaïlandais, habitués à des descriptions de plats plus simples.

"Beaucoup d’Asiatiques sont impressionnés par la cuisine française, et ont besoin de conseils et d’explication pour choisir que manger", confirme à l’AFP Philippe Peretti, propriétaire du restaurant Philippe.

"Nous n’avons pas de plats simples comme les pâtes ou les pizzas qui ont fait la popularité des Italiens", souligne Michel Bezardin.

Sirirat Khositaphai, chef et copropriétaire du restaurant français Mes Amis, est l’une des rares non française à diriger un restaurant proposant des spécialités de l’hexagone. Cette Thaïlandaise formée à Londres et Paris avoue avoir été la première surprise du succès de son établissement, ouvert il y a quatre ans.

"Au départ nous avions un maître d’hôtel français, mais les clients avaient un peu peur de lui, à cause de son accent", explique-t-elle à l'AFP. "Nous nous sommes rendus compte que nous n’avions pas vraiment besoin de cette touche hexagonale, car les nouveaux venus préfèrent s’adresser directement au chef pour avoir des conseils".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Gastronomie à Bangkok: les chefs français toujours chic...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La gastronomie française classée au patrimoine de l'Unesco.
» Traduction français ==> breton
» Gastronomie vietnamienne
» Toujours pas de pic de nitrites ?
» Polyomavirus et/ou mue française

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THAÏLANDE - CAMBODGE :: Catégorie à modifier... :: THAÏLANDE-
Sauter vers: