THAÏLANDE - CAMBODGE

THAÏLANDE & CAMBODGE : INFOS, EMPLOI, IMMOBILIER, CULTURE, POLITIQUE
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Face à l'escalade, Thaksin appelé à infléchir sa politique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thaïlande - Cambodge
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5571
Date d'inscription : 08/08/2004

MessageSujet: Face à l'escalade, Thaksin appelé à infléchir sa politique   Dim 27 Fév - 13:01



BANGKOK, 27 fév (AFP)
Face à l'escalade, Thaksin appelé à infléchir sa politique

La situation s'est encore détériorée dans le Sud musulman de la Thaïlande en dix jours et de nombreux analystes estiment que le gouvernement de Thaksin Shinawatra ne pourra réduire les tensions que s'il renonce à la force et opte pour la conciliation.

L'explosion d'une camionnette piégée le 17 février --six morts et une quarantaine de blessés-- avait marqué une première dans la campagne de violences livrée par des assaillants non identifiés depuis janvier 2004 mais que Bangkok affirme être des séparatistes musulmans.

Depuis, une nette escalade a été constatée et 15 personnes ont été assassinées dans les trois provinces troublées de Narathiwat, Yala et Pattani, des attaques qui semblent frapper au hasard et portent à plus de 610 le nombre des morts dans la région frontalière de la Malaisie où la population est majoritairement de confession musulmane et d'ethnie malaise.

"La situation a empiré", constate Ahmad Somboon Bualuang, ancien conférencier de l'Université de Songkhla, résidant à Pattani.

Les habitants sont terrorisés et n'osent plus sortir la nuit tombée, explique-t-il à l'AFP. Ils ne font pas confiance aux unités de police et de soldats qui patrouillent en grand nombre dans la région. Chacun, bouddhiste, musulman, civils ou membre de la sécurité peut être abattu à tout moment.

"Cela dépend de Thaksin" dit-il, "s'il parle d'une voix douce, la violence peut diminuer".

"Mais s'il est comme la semaine dernière, il y aura encore plus de violence", prédit-il.

Juste après la réélection triomphale de son parti, M. Thaksin a fait approuver par le gouvernement l'envoi dans le Sud d'un régiment spécial de 12.000 hommes. Cette décision a été immédiatement critiquée par ses opposants comme le signe que le gouvernement privilégiait encore la force.

L'image d'un gouvernement inflexible et sans concession a été confortée par une proposition de M. Thaksin, en visite dans le Sud quelques jours plus tard, de "colorier" les 1.500 villages de la région.

Les 358 villages "rouges", c'est-à-dire accusés de soutenir le séparatisme, se verront privés de financements publics, a-t-il averti en déclarant une guerre sans merci aux séparatistes musulmans.

Devant le tollé provoqué par cette mesure discriminatoire et, pour certains, anticonstitutionnelle, le gouvernement vient de faire marche arrière.

L'association de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch a dénoncé lors de la semaine écoulée la politique de M. Thaksin dans le Sud comme "presque susceptible d'attirer les combattants du jihad", la guerre sainte.

Le général Surayud Chulanont, conseiller très écouté du roi Bhumibol Adulyadej et ancien Commandant suprême des forces armées, a lui aussi estimé que le coloriage des villages était dangereux.

"Ce sujet est sensible", a-t-il dit au quotidien Nation, "les gens pourraient penser qu'ils sont victimes de ségrégation. Ce serait mettre de l'huile sur le feu", a-t-il dit.

"Ce problème de longue date est devenu chronique. S'il n'est pas traité correctement, cela va devenir une tumeur maligne qui ne pourra plus être guérie", a-t-il averti.

Mais ces derniers jours, M. Thaksin a semblé pour une fois entendre les critiques et a tenté d'adoucir la politique de son gouvernement.

Il a proposé d'envoyer 25 députés de son parti, le Thai Rak Thai, dans le Sud, afin d'améliorer les relations avec une population locale qui ne lui a accordé aucun siège aux élections et est hostile au pouvoir central.

Il a aussi convoqué un Congrès à la fin mars, pour la première fois depuis 1992 en Thaïlande, pour que Chambre des représentants et Sénat discutent ensemble de solutions pour le grand Sud.

Dans son allocution hebdomadaire samedi, le Premier ministre a expliqué être prêt à infléchir sa politique.

Mais il n'a pas pu s'empêcher d'accuser ses critiques d'avoir des sympathies pour les séparatistes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Face à l'escalade, Thaksin appelé à infléchir sa politique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bélier black face
» Man vs Wild : seul face à la nature - Sibérie
» face a phasme
» Tillandsia appelé aussi "fille de l' air"
» Les voisins d'en face

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THAÏLANDE - CAMBODGE :: Catégorie à modifier... :: THAÏLANDE-
Sauter vers: