THAÏLANDE - CAMBODGE

THAÏLANDE & CAMBODGE : INFOS, EMPLOI, IMMOBILIER, CULTURE, POLITIQUE
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'Asie du tsunami est lente à prévenir une nouvelle ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thaïlande - Cambodge
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5571
Date d'inscription : 08/08/2004

MessageSujet: L'Asie du tsunami est lente à prévenir une nouvelle ...   Lun 27 Juin - 12:05


Panneau d'avertissement posé à Ban Nam Khem, en Thaïlande

lundi 27 juin 2005, 9h36
L'Asie du tsunami est lente à prévenir une nouvelle catastrophe



BANDA ACEH (AFP) - La terre tremble encore au quotidien en Indonésie, illustrant la nécessité de préparer l'éventualité d'une nouvelle catastrophe naturelle majeure six mois après le tsunami qui a frappé une dizaine de pays autour de l'Océan indien.
Systèmes d'alerte, procédures d'évacuation et dispositifs de secours rapide avaient été promis immédiatement après le séisme de magnitude 9,3 du 26 décembre 2004, qui a provoqué un raz-de-marée et tué plus de 220.000 personnes.


Le tremblement de terre du 28 mars 2005, de magnitude 8,7 et qui a fait plus de 900 morts sur l'île indonésienne de Nias, a souligné l'importance d'une prévention concertée.
"Le 28 mars a été une piqûre de rappel pour nous tous sur la nécessité de se préparer", estime Michele Lipner, responsable du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'Onu (OCHA) dans la province d'Aceh.

Pourtant les progrès sont minces. En Indonésie, où plus de 4.000 répliques sismiques ont été enregistrées en six mois, le gouvernement n'est même pas parvenu à lancer une simple campagne d'information sur la conduite à tenir en cas de nouveau désastre.

"C'est pourtant un événement qui arrivera de façon inévitable, nous le savons bien", assure Mme Lipner, dont les murs de son bureau sont recouverts de cartes avec les épicentres de tous les séismes.

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a organisé avec succès un programme de sensibilisation aux risques sur l'île de Nias, mais cela reste un exemple isolé.

En absence de procédure globale, les habitants prennent eux-mêmes en charge leur survie: on les a vus fuir avec leurs effets personnels vers les hauteurs dans le chaos à chaque secousse tellurique importante, puis attendre des heures la fin - souvent non annoncée - de la fausse alerte.

En Thaïlande ont été constatés des progrès plus notables, notamment destinés à rassurer l'industrie touristique. Des exercices d'évacuation de complexes balnéaires ont été organisés fin avril, avec des alarmes stridentes pour prévenir les habitants.

Ces avertissements ne sont pas toujours bien interprétés. En Inde, après le 28 mars, des associations ont critiqué vivement les alertes lancées par les télévisions et les radios sur l'imminence d'un second tsunami, qui ont selon elles causé une panique superflue.

"Les exercices doivent être pratiqués en impliquant les villageois locaux afin qu'il n'y ait pas de délai", a estimé Sarbani Das Roy, de l'organisation irlandaise "Hope Foundation". "La réponse doit être mieux organisée plutôt que de créer l'inquiétude et la panique", a-t-il ajouté.

Les systèmes d'alerte au tsunami prendront des années à mettre en place et un consensus régional sur le lieu et le dispositif choisi semble difficile à atteindre.

L'Inde a annoncé qu'elle aura besoin d'assistance pour installer un système d'alerte dans l'Océan indien évalué à 26 millions de dollars.

L'Indonésie travaille avec l'Allemagne et la France sur un autre réseau préventif propre à l'archipel, tandis que l'Australie conçoit un système de son côté.

Des propositions ambitieuses ont déjà été écartées. "Il y avait des projets infaisables, comme des collines artificielles. Mais dans certaines zones la population est déjà en train de construire des routes d'échappement", a indiqué Reiko Niimi, un haut responsable de l'Onu. C'est le cas du village de Meunasah Tuha, dans les faubourgs de Banda Aceh.

D'autres responsables font preuve de fatalisme face à la puissance de la nature. "Si le même séisme et le même tsunami frappaient notre région, nous ne pourrions en aucune façon éviter des énormes pertes humaines", a dit à l'AFP Kuntoro Mangkusubroto, directeur de l'Agence de reconstruction d'Aceh et Nias (BRR).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'Asie du tsunami est lente à prévenir une nouvelle ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Liste des poissons et invertébrés d' Asie
» 96 L d'Asie
» batterie a décharge lente ou pas??
» mon 300l asie - amazonien (lolo)
» Liste des plantes d'asie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THAÏLANDE - CAMBODGE :: Catégorie à modifier... :: THAÏLANDE-
Sauter vers: