THAÏLANDE - CAMBODGE

THAÏLANDE & CAMBODGE : INFOS, EMPLOI, IMMOBILIER, CULTURE, POLITIQUE
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Thaïlande freinée dans sa lutte contre la dengue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thaïlande - Cambodge
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5571
Date d'inscription : 08/08/2004

MessageSujet: La Thaïlande freinée dans sa lutte contre la dengue   Ven 5 Aoû - 10:51



Santé. Les effets secondaires d'un vaccin bloquent sa mise sur le marché.
La Thaïlande freinée dans sa lutte contre la dengue

Par Arnaud DUBUS
vendredi 05 août 2005 (Liberation - 06:00)

Bangkok de notre correspondant

il y a dix ans, le petit groupe de scientifiques thaïlandais de l'université Mahidol qui travaille à la mise au point d'un vaccin contre la dengue hémorragique pensait toucher au but. «Dans deux ou trois ans», disait alors le professeur Nath Bhamarapravati, l'un des experts mondiaux de la dengue. Ce vaccin contre une maladie transmise par le moustique Aedes aegypti et qui infecte des centaines de milliers d'enfants chaque année en Asie du Sud-Est ­ avec un taux de mortalité de 1 % ­ aurait été le premier vaccin réalisé par un pays en voie de développement.

«Vous dormez ?» Aujourd'hui, cette longue quête entamée en 1980 s'éternise, entravée par des obstacles techniques et des règles internationales de plus en plus strictes. «Ce n'est pas facile pour moi. On me demande : "Dr Suthi, est-ce que vous dormez ?"» confie Suthi Yoksan, le biologiste qui a pris la tête de l'équipe de recherche après le décès, il y a un an, du professeur Nath.

La dengue hémorragique, il est vrai, est un virus des plus versatile et l'expertise des scientifiques thaïlandais n'est pas en cause. «L'idée géniale du Pr Nath était d'utiliser des souches sauvages, de prendre une souche naturelle et de la transformer», explique Jean-Paul Gonzalez, virologiste à l'Institut de recherche pour le développement. Au début des années 80, Nath, travaillant étroitement avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a isolé quatre souches différentes de dengue hémorragique et les a atténuées en les cultivant dans des cellules prélevées sur des reins de chiens. Il les a ensuite utilisées pour mettre au point quatre vaccins monovalents (qui agissent contre un des types de dengue hémorragique) puis les a combinés en un vaccin tétravalent (efficace contre les quatre souches virales) dont il a testé la non-toxicité et l'efficacité sur les adultes et les enfants.

En janvier 1992, Pasteur-Mérieux (aujourd'hui Sanofi-Pasteur) passe un accord avec l'équipe de Mahidol pour développer des lots pilotes à Lyon, afin de vérifier que le vaccin reste stable lors d'une production industrielle.

Tout semblait sur les rails. Puis les problèmes se sont accumulés : la découverte qu'un des vaccins monovalents ­ celui contre la dengue 3 ­ donne de la fièvre à certains enfants, l'adoption d'une méthodologie erronée pour résoudre ces effets secondaires... En 1999, le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) du gouvernement américain enfonce le clou en publiant un communiqué sur les effets secondaires du vaccin pour la dengue 3. «On en était à une phase très avancée du projet. Il y a eu un coup de frein terrible», indique Jean-Paul Gonzalez.

Entre-temps, des firmes américaines et européennes ont commencé à développer leur propre vaccin. Ainsi, l'Institut de technologie de Californie veut utiliser le vaccin contre la fièvre jaune comme support pour un vaccin contre la dengue. L'OMS a commencé à moins s'intéresser au projet thaïlandais. Sanofi-Pasteur a dû reprendre à zéro les essais pour la dengue 3, et les projets concurrents de vaccins ont regagné du terrain.

Certains pensent que le nombre de vies qu'aurait pu sauver le vaccin prototype cède trop souvent la priorité au respect intangible des règles internationales. «Le vaccin de Nath n'est pas parfait, pourtant il protégerait. Une fièvre, c'est inacceptable dans notre Occident. Mais ici, c'est acceptable car on connaît les enjeux», estime Jean-Paul Gonzalez. De son côté le chef du projet, Suthi Yoksan, estime les effets secondaires encore trop importants. Il pense que, si le problème de fièvre est résolu d'ici à deux ans, le vaccin tétravalent pourrait être sur le marché aux environs de 2010.

Clientèle désignée. Les enjeux économiques sont énormes : la dengue frappe toutes les classes sociales mais s'attaque plus particulièrement aux enfants bien nourris qui sont peu habitués à vivre dans un environnement tropical, comme les enfants d'expatriés. Les militaires en mission en Amérique latine ou en Asie sont aussi une clientèle toute désignée. De son vivant, le professeur Nath a toujours insisté sur le fait que le prix du vaccin doit pouvoir être abordable pour les pays en voie de développement, une condition qu'a acceptée dès le départ Sanofi-Pasteur.

En attendant, la recherche continue, laborieuse et sujette au «carcan» des règles sanitaires internationales. «Si Fidel Castro était dans ce pays, nous aurions déjà le vaccin», pense Suthi Yoksan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La Thaïlande freinée dans sa lutte contre la dengue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jardins aquatiques en Thaïlande
» Thaïlande 2011 par la route
» La Thaïlande, c'est le paradis
» Adeniums en Thaïlande
» quelques souvenirs de Thaïlande

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THAÏLANDE - CAMBODGE :: Catégorie à modifier... :: THAÏLANDE-
Sauter vers: