THAÏLANDE - CAMBODGE

THAÏLANDE & CAMBODGE : INFOS, EMPLOI, IMMOBILIER, CULTURE, POLITIQUE
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 au moins 78 personnes meurent de suffocation ou écrasées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thaïlande - Cambodge
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5571
Date d'inscription : 08/08/2004

MessageSujet: au moins 78 personnes meurent de suffocation ou écrasées   Mar 26 Oct - 17:23

Emeutes en Thaïlande: au moins 78 personnes meurent de suffocation ou écrasées dans des véhicules de police

AP | 26.10.04 | 13:49


TAKBAI, Thaïlande (AP) -- Au moins 78 personnes sont mortes de suffocation ou écrasées après avoir été arrêtées et entassées dans des véhicules de police, suite à des émeutes qui se sont produites dans le sud de la Thaïlande, ont annoncé mardi les autorités.
Lundi, les forces de sécurité thaïlandaises avaient tiré en l'air et employé des canons à eau ainsi que des gaz lacrymogènes pour disperser une manifestation de deux milliers de jeunes musulmans qui demandaient la libération de six détenus dans la province de Narathiwat, près d'un commissariat de police. Les affrontements avaient fait six morts et 1.300 personnes avaient été arrêtées.
Mais mardi, le Dr Pornthip Rojanasunan, expert légiste qui travaille pour le ministère de la Justice, a déclaré qu'avec d'autres médecins, elle avait procédé à des autopsies sur 78 corps dans un camp militaire de la province de Pattani, et qu'ils avaient constaté que la plupart étaient morts de suffocation.
Le général Sinchai Nujsathit, commandant adjoint de la quatrième armée, a reconnu que les victimes pourraient être mortes de suffocation «parce que nous avions plus de 1.300 personnes entassées dans des camions». Il n'a pas révélé combien de camions avaient été utilisés.
Manit Suthaporn, secrétaire permanent adjoint au ministère de la Justice, a affirmé que les victimes s'étaient probablement étouffées parce qu'elles étaient entassées les unes sur les autres dans les véhicules. AP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thaïlande - Cambodge
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5571
Date d'inscription : 08/08/2004

MessageSujet: Re: au moins 78 personnes meurent de suffocation ou écrasées   Mar 26 Oct - 17:23

Thaïlande

84 morts dans le Sud de la Thaïlande, essentiellement des musulmans
AFP
Mis en ligne le 26/10/2004
- - - - - - - - - - -

Le Sud thaïlandais est le théâtre d’affrontements qui ont déjà fait 330 morts depuis le début de l’année et représente une crise majeure pour le gouvernement de Thaksin Shinawatra, incapable d’enrayer les violences qui sont devenues quasi quotidiennes.



Des affrontements entre forces de sécurité et manifestants, lundi, dans le sud de la Thaïlande à population à majorité musulmane, ont fait au moins 84 morts, a déclaré mardi un responsable gouvernemental thaïlandais.

La grande majorité des victimes sont des musulmans morts d’étouffement après avoir été arrêtés à l’extérieur d’un poste de police devant lequel se sont produits des affrontements ce lundi, a déclaré un responsable du ministère de la justice, Manit Suthaporn.

Ce lundi, un bilan de six morts avait été communiqué pour les seuls affrontements.
«Après que nous ayons placé en détention les gens arrêtés, nous avons découvert que 78 autres personnes étaient mortes. Nous n’avons trouvé aucune blessure par balles pendant les autopsies, et nous pouvons confirmer qu’elles sont mortes d’étouffement », a-t-il dit.

«Les personnes qui ont été arrêtées étaient faibles en raison du jeûne » du ramadan, a déclaré le responsable, «elles étaient épuisées et lorsqu’elles ont été transportées dans des véhicules déja pleins elles n’ont plus eu d’air pour respirer », a-t-il ajouté.

Pornthip Rojansunan, expert légiste très connue dans le pays a confirmé lors d’une conférence de presse à Pattani que «80% des personnes sont mortes parce qu’elles ne pouvaient pas respirer ».

«Nous n’avons pas vu de corps ayant des membres cassés mais deux ou trois avaient le cou brisé », des blessures «probablement intervenues pendant le transport », a-t-elle ajouté.

Les forces de l’ordre étaient intervenues lundi pour disperser une manifestation de quelque 3.000 personnes dans la province de Narathiwat, dans le sud à majorité musulmane en proie à des troubles séparatistes depuis le début de l’année.

Elles ont déclaré avoir fait usage de gaz lacrymogènes et de canons à eau pour disperser la foule qui convergeait vers un commissariat de police au terme d’une journée de manifestations pour protester contre l’arrestation de six musulmans.

Le Sud thaïlandais est le théâtre d’affrontements qui ont déjà fait 330 morts depuis le début de l’année et représente une crise majeure pour le gouvernement de Thaksin Shinawatra, incapable d’enrayer les violences qui sont devenues quasi quotidiennes.

Les militants des droits de l’homme accusent Bangkok de recourir à des méthodes très agressives, citant la répression d’émeutiers en avril où 32 personnes avaient été tuées dans une mosquée.

- - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thaïlande - Cambodge
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5571
Date d'inscription : 08/08/2004

MessageSujet: Re: au moins 78 personnes meurent de suffocation ou écrasées   Mer 27 Oct - 11:47

Thaïlande : 78 manifestants musulmans morts asphyxiés
pix
Des camions militaires les transportaient vers un camp de détention.

Par Arnaud DUBUS
pix
mercredi 27 octobre 2004 (Liberation - 06:00)
pix
Bangkok de notre correspondant

pix

des dizaines de manifestants musulmans ont péri lundi dans le sud de la Thaïlande suite à des affrontements avec les forces de l'ordre, la plupart étouffés dans des camions militaires qui les transportaient vers un camp de détention. Ces violences sont les plus graves depuis avril, lorsqu'un assaut d'insurgés musulmans contre des postes de police avait été repoussé, faisant 108 morts ­ dont 32 insurgés tués dans une mosquée par les forces de l'ordre. Elles posent la question des méthodes employées par Bangkok pour mettre fin à des troubles qui ont fait près de 420 morts depuis janvier dans cette région à majorité musulmane.

La manifestation avait commencé tôt lundi matin à Narathiwat : 2 000 personnes s'étaient rassemblées devant un commissariat pour demander la libération de six musulmans d'une milice locale, accusés d'avoir vendu leurs armes à des militants islamistes. La police et l'armée ont dispersé la foule avec des canons à eau, des grenades lacrymogènes et, selon des témoins, en tirant à balles réelles. Six manifestants ont de fait été tués par balles, selon un premier bilan de la police.

Mais ce n'est qu'hier que l'ampleur de l'hécatombe a été révélée. «A l'arrivée, nous avons découvert 78 morts supplémentaires. Ils ne portaient pas de blessures. Nous pouvons confirmer qu'ils sont morts asphyxiés. Ils étaient faibles à cause du jeûne du ramadan», a déclaré en guise d'explications Manit Suthaporn, porte-parole du ministère de la Justice. Le Premier ministre Thaksin, qui s'était rendu sur place lundi soir, avait pourtant estimé, plus tôt dans la journée, que les forces de l'ordre avaient «fait du bon travail». Pornthip Rojanasuan, une légiste, a précisé que «deux ou trois avaient le cou brisé, probablement à cause de blessures intervenues pendant le transport».

Le couvre-feu a été imposé lundi soir dans cette région où les assassinats de fonctionnaires et les attentats à la bombe se sont multipliés. Un mouvement séparatiste y était né dans les années 60, mais s'était pratiquement éteint après 1985. Les autorités thaïlandaises ont du mal à identifier les raisons de cette résurgence qui mêle islamisme et séparatisme. Elles incriminent certaines écoles coraniques radicales, mais semblent négliger le fait que les musulmans malais du Sud se sont toujours sentis maltraités par les autorités locales, en général bouddhistes, notamment par la police qui pratique parfois la torture. Compte tenu de l'approche violemment répressive adoptée par le gouvernement, beaucoup craignent que le cycle des violences et des représailles se perpétue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thaïlande - Cambodge
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5571
Date d'inscription : 08/08/2004

MessageSujet: Re: au moins 78 personnes meurent de suffocation ou écrasées   Mer 27 Oct - 15:56

TAK BAI (Thaïlande), 27 oct (AFP)
La communauté musulmane de Thaïlande commence à enterrer ses morts

Le jeune homme remonte de la fosse à moitié creusée et s'essuie le front. L'enterrement des manifestants musulmans morts asphyxiés dans des camions de l'armée a commencé à Tak Bai, dans le Sud de la Thaïlande, où domine la colère.

A côté du trou qu'il est en train de creuser, une sépulture fraîchement recouverte de terre a reçu le premier corps dans le cimetière situé à moins de 500 mètres du commissariat de police de Tak Bai, dans le grand Sud, où a eu lieu lundi une manifestation de 3.000 musulmans dispersés par la police et l'armée après plusieurs heures d'une confrontation très tendue. Bilan: six morts.

Ensuite, près de 1.300 contestataires ont été embarqués à bord de camions militaires bondés et le voyage sous la chaleur jusqu'à un camp de Pattani a été fatal à 78 d'entre eux, morts asphyxiés.

Alors que le jeune homme se remet à creuser la fosse, des hommes se retrouvent à la mosquée à côté, dans cette localité du bord de mer, et partagent leur colère, leur incrédulité. Certains attendent toujours avec angoisse des nouvelles de proches disparus depuis lundi.

"Mon neveu a été arrêté. Il était innocent, et maintenant je ne sais pas s'il est encore en vie", dit un homme d'une cinquantaine d'années.

"Je n'en reviens pas. Leur réaction (les forces de la sécurité) était totalement exagérée. Ils n'auraient jamais dû être si violents".

"On ne sait toujours pas combien sont morts ou ont été blessés", poursuit-il. "Hier on a enterré deux hommes. Aujourd'hui un de plus. Son corps revient de Pattani".

A 120 km de là, des centaines de proches se sont agglutinés, souvent en larmes, devant l'entrée du camp militaire de Pattani à la recherche de nouvelles, priant pour que les leurs n'aient pas été parmi les 78 morts.

Des familles se sont retrouvées scrutant avec anxiété la liste des 78 noms affichée à l'extérieur du camp où il n'était pas possible de pénétrer.

Equipé d'un micro, un soldat explique aux familles que les autorités feront tout pour les aider.

Sur les près de 1.300 musulmans transportés vers Pattani, aucun n'avait été libéré mercredi en fin de journée et seules quelques dépouilles avaient été remises aux familles après avoir été identifiées.

Un homme de Tak Bai, qui a refusé de donner son identité, cherche son fils qui a participé à la manifestation.

Il a vu des musulmans en rage jeter des pierres aux membres des forces de l'ordre et ceux-ci répliquer avec des gaz lacrymogènes, des canons à eau et des tirs de sommation.

"Les manifestants sont partis en courant, certains ont sauté dans le canal", dit-il, "des soldats, des policiers les ont battus et leur ont donné des coups de pied. Ils ont été attachés avec des ceintures ou des cordes. Ils étaient plus mal traités que des prisonniers de guerre".

Se faisant l'écho d'une intuition répandue dans la communauté musulmane, il avance: "Je crois que le bilan est plus élevé que ce que les autorités ont dit, et beaucoup vont mourir en détention car leurs blessures ne seront pas soignées".

A Tak Bai, l'ambiance est sinistre.

Un hélicoptère de l'armée survole la zone de la manifestation de lundi. Les routes menant au commissariat ont été bloquées. Des opérations de déblaiement ont lieu mais des débris et des briques jonchent toujours le sol.

Le bâtiment en face du commissariat a été criblé de balles à hauteur d'homme. Pourtant, le gouvernement affirme que les membres des forces de l'ordre n'ont pas tiré sur les manifestants.

"On a toujours cohabité en paix, mais maintenant les voisins se regardent de travers", explique un habitant bouddhiste, membre d'une communauté très minoritaire dans cette région où plus de 80% de la population est de confession musulmane.

"On ne sait pas si on doit rester ou partir, ne serait-ce que quelques semaines, le temps que les choses se calment", dit-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thaïlande - Cambodge
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5571
Date d'inscription : 08/08/2004

MessageSujet: Re: au moins 78 personnes meurent de suffocation ou écrasées   Mer 27 Oct - 15:57

La Thaïlande sous le choc, Thaksin sommé de s'expliquer de toutes parts

La Thaïlande était sous le choc mercredi, au lendemain de l'annonce de la mort dans le Sud de 78 manifestants musulmans étouffés dans des camions de l'armée et le Premier ministre Thaksin Shinawatra, sommé de s'expliquer sur une nouvelle et énorme bavure.

L'annonce en matinée de la mise sur pied d'une commission d'enquête par M. Thaksin ne semblait pas devoir apaiser les esprits.

Les journaux ont consacré leur gros titres au "carnage de Narathiwat" et à l'agonie de jeunes manifestants empilés les uns sur les autres dans des camions recouverts de toiles goudronnées et retrouvés morts étouffés à leur arrivée dans un camp militaire de Pattani, à 120 km du lieu de leur arrestation.

Le quotidien Nation appelait en "une" le Premier ministre à la démission tandis que ses confrères constataient la faillite d'une politique brutale et inopérante, dans un Sud musulman en proie à des violences incontrôlables depuis janvier et qui menace désormais de s'embraser totalement.

Les Etats-Unis ont immédiatement demandé une enquête sur "les circonstances des décès" et se sont dits "préoccupés devant les morts qui s'accumulent" dans le sud où la population est à 80% de confession musulmane. Washington a "espéré que le gouvernement thaïlandais (allait) gérer cette situation d'une manière qui n'exacerbera pas les tensions".

Amnesty International a dénoncé "l'habitude dérangeante qu'ont les forces de sécurité thaïlandaises d'utiliser une force excessive contre les musulmans" du Sud, "entraînant un nombre élevé de morts".

L'Asian Human Rights Commission (AHRC), basée à Hong Kong, a qualifié de "très dérangeant et totalement inexcusable" le bilan élevé des pertes.

Revenant sur cette "nouvelle journée noire" lors de laquelle les victimes "ont été entassées dans des camions comme des cochons pour l'abattoir", le Nation a estimé que "tout ce qui a entâché le règne hautement controversé" de M. Thaksin jusqu'ici "fait désormais pâle figure en comparaison".

Le journal appelle M. Thaksin, qui se représente aux législatives du début 2005, à tirer personnellement les conclusions de ce tragique fiasco.

"Son mépris des droits de l'Homme a entraîné une succession de tragédies personnelles", estime le quotidien, en référence aux 108 musulmans armés de seules machettes tués en avril lors d'un raid manqué contre des postes de police du Sud, ou aux plus de 2.000 morts d'une campagne antidrogue très musclée l'an dernier et qui avait valu à Bangkok des protestations internationales.

Pas plus que lors de précédentes crises ayant provoqué une très vive émotion dans le pays, M. Thaksin ne semblait devoir s'excuser.

Tout en se disant "désolé" de l'ampleur des pertes humaines, il a félicité les forces de l'ordre qui "ont fait un bon travail" en ne tirant pas dans la foule des manifestants lundi devant le commissariat de Tak Bai, et a estimé qu'une partie de ces derniers étaient drogués.

L'explication invoquée par les autorités selon laquelle les victimes avaient été affaiblies par le jeûne du ramadan semblait un peu courte.

Les photos prises la veille par les journaux de centaines de manifestants tous allongés, face contre terre et torse nu, tenus en respect par des soldats en armes avant leur fatal transfert, montraient des hommes jeunes et apparemment vigoureux.

Les prévisions sur l'évolution de la situation étaient sombres, de nombreux analystes prévoyant que ces événements allaient encore renforcer le ressentiment contre le pouvoir central dans le Sud et pousser davantage de jeunes dans les bras des islamistes radicaux jugés responsables de nombreux attentats depuis janvier.

"Nous craignons plus de violence et une radicalisation", a déclaré Gothom Arya, secrétaire général de Forum-Asia, groupe basé à Bangkok, ces événements "fournissent la matière brute pour un durcissement".

Un responsable de la sécurité cité par le quotidien Bangkok post redoutait que "des attentats suicide puissent mener à des scénarios encore pires dans le Sud".


*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: au moins 78 personnes meurent de suffocation ou écrasées   

Revenir en haut Aller en bas
 
au moins 78 personnes meurent de suffocation ou écrasées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» moins de personnes pour une réservation de restaurant
» Pourquoi mes hibiscus meurent-ils ?
» produits bio moins chers en Allemagne ?
» Comment acheter moins acheter moins cher et où ???
» Escargots qui meurent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THAÏLANDE - CAMBODGE :: Catégorie à modifier... :: THAÏLANDE-
Sauter vers: