THAÏLANDE - CAMBODGE

THAÏLANDE & CAMBODGE : INFOS, EMPLOI, IMMOBILIER, CULTURE, POLITIQUE
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Thaïlande commémore le jour où le paradis est devenu ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thaïlande - Cambodge
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5571
Date d'inscription : 08/08/2004

MessageSujet: La Thaïlande commémore le jour où le paradis est devenu ...   Lun 26 Déc - 12:13



Une touriste australienne prie sur la plage de Koh Phi Phi, en Thaïlande, où le tsunami a emporté 700 personnes il y a un an jour pour jour. A Koh Phi Phi, à Phuket, île voisine, et à Khao Lak, un peu plus au nord, des gens venus du monde entier se sont joints aux Thaïlandais pour rendre hommage aux 5.395 personnes tuées dans le pays par le tsunami. /Photo prise le 26 décembre 2005/REUTERS/Bazuki Muhammad


lundi 26 décembre 2005, 9h12
La Thaïlande commémore le jour où le paradis est devenu l'enfer

KOH PHI PHI, Thaïlande (Reuters) - Tous seuls ou par deux, ils s'approchent de l'eau, s'assoient sur la plage et regardent en silence cette mer qui a tué leurs proches.

Le souvenir, pénible et tenace, fait surgir des larmes. Sur l'île de Koh Phi Phi, il y a un an jour pour jour que la vague géante a emporté 700 personnes.

"On n'oubliera jamais", déclare Trisha Broadbridge, dont le mari, Troy, a été tué. Difficile d'imaginer la violence de ce qui s'est passé ce jour-là quand la mer lèche doucement les flancs des bateaux de pêche.

"Mais au moins maintenant on aura passé le cap des premiers anniversaires, et cela devrait être plus facile."

A Koh Phi Phi, à Phuket, île voisine, et à Khao Lak, un peu plus au nord, des gens venus du monde entier se sont joints aux Thaïlandais pour rendre hommage aux 5.395 personnes tuées en Thaïlande par le tsunami. Trois mille personnes sont portées disparues.

"J'ai tout le temps envie de pleurer. J'ai encore du mal à y croire", raconte Joy Vogel, une Australienne, à Khao Lak, tenant à la main une photographie de sa fille prise lors de son mariage. Elle était enceinte de trois mois quand la vague l'a emportée, en même temps que près de 2.000 étrangers, pour la plupart des touristes.

"Mais je sens que tous les gens tués par le tsunami sont avec nous. L'âme de ma fille est toujours là." A côté d'elle, un vestige de la catastrophe :, un bateau de la police que le tsunami a porté deux kilomètres à l'intérieur des terres, et qui est devenu un mémorial.

Comme beaucoup de proches des victimes du tsunami, Vogel participe à un programme d'aide aux Thaïlandais touchés par la catastrophe. "Je veux que la vie de ma fille serve à quelque chose."

Les proches éplorés déposent des fleurs de couleur blanche, symbole de pureté, sur le site.

"UN JOUR D'EMOTION ET DE SOUVENIR"

"C'est un jour d'émotion et de souvenir, c'est une étape dans le processus de guérison", explique Gérard Cohen, un Français de 66 ans, qui a perdu cinq proches au Sofitel de Khao Lak, durement touché.

"C'était censé être superbe, un paradis, et c'est devenu l'enfer", résume-t-il devant les décombres de l'hôtel, où 129 personnes de toutes nationalités, dont 41 Français, ont trouvé la mort, ainsi que 58 employés.

A Koh Phi Phi, c'est au pied d'un banyan géant que les proches des victimes ont déposé les fleurs et des colombes en papier, symbole de paix.

"Nous avons simplement voulu venir, pour les voir", dit Jaysar Gül, 49 ans, venue d'Istanbul avec son mari, Ali, pour pleurer leur fille Seda et son fiancé britannique, Justin.

"Ils nous manquent tellement. Nous voulons juste être ensemble", explique-t-elle, en larmes. Le corps de Seda n'a jamais été retrouvé.

Les dirigeants thaïlandais, dans les discours qu'ils ont prononcés dans les stations balnéaires de la mer d'Andaman, ont promis que ces morts ne seraient pas oubliés.

"J'aimerais exprimer ma profonde sympathie envers ceux qui ont perdu des êtres chers", a déclaré le ministre du Tourisme, Pracha Maleenont, en thaï et en anglais, avant de déposer une couronne de fleurs, tradition bouddhiste, sur un mémorial dédié aux victimes.

"Nous ne sommes pas seuls. Il y a encore beaucoup de gens de par le monde qui sont prêts à fournir leur aide et leur soutien", souligne-t-il sur la plage de Patong, à Phuket.

Certains étrangers vivent mal la présence d'une foule de photographes qui les empêchait de déposer leurs fleurs. Une femme éplorée leur hurle "partez, je vous en prie".

"On s'en fiche des photos dans le journal", leur crie-t-elle.

Pour les rescapés, le moment est difficile aussi. Brandon Behle, un Américain de 23 ans, était à Koh Phi Phi quand la mer a tout englouti. Le bruit de l'hélicoptère transportant les dignitaires thaïlandais lui rappelle douloureusement l'évacuation, dans la confusion, des blessés et des morts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La Thaïlande commémore le jour où le paradis est devenu ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Thaïlande 2011 par la route
» La Thaïlande, c'est le paradis
» Adeniums en Thaïlande
» quelques souvenirs de Thaïlande
» Thaïlande, inondations à Bangkok : ce que les touristes doivent savoir !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THAÏLANDE - CAMBODGE :: Catégorie à modifier... :: THAÏLANDE-
Sauter vers: