THAÏLANDE - CAMBODGE

THAÏLANDE & CAMBODGE : INFOS, EMPLOI, IMMOBILIER, CULTURE, POLITIQUE
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 monastère bouddhiste de Tham Krabok, on nettoie, médite...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thaïlande - Cambodge
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5571
Date d'inscription : 08/08/2004

MessageSujet: monastère bouddhiste de Tham Krabok, on nettoie, médite...   Mer 1 Fév - 17:45



Séance de désintoxication au temple thaïlandais de Tham Krabok à 100 km au nord de Bangkok, le 31 janvier 2006
mercredi 1 février 2006, 12h18
Au monastère bouddhiste de Tham Krabok, on nettoie, médite et vomit

SARABURI (Thaïlande) (AFP) - Assis côte à côte, six hommes et femmes, en guerre contre la dépendance, attendent solennellement qu'un moine thaïlandais leur donne un verre contenant une potion couleur marron.
De l'autre côté, une dizaine d'autres toxicomanes ou alcooliques entonnent un chant. Les premiers finissent par avaler le liquide à base de plantes visiblement écoeurant. Ils boivent beaucoup d'eau et vomissent un jet marron en direction d'un égout situé à leurs pieds.

Toussant, haletant et virant au rouge, ils boivent encore de l'eau jusqu'à ce que leur vomissure s'éclaircisse.

Bienvenue à Tham Krabok! Situé à une centaine de kilomètres au nord-est de Bangkok, ce monastère héberge 100 moines, dont la moitié sont d'ex-toxicomanes et alcooliques. Depuis le périmètre d'un temple autour duquel sont installés des pagodes en or et des bouddhas géants, la vue sur les montagnes environnantes est magnifique.

Le monastère a ouvert son centre de désintoxication en 1959 et, depuis cette date, plus de 100.000 Thaïlandais, ainsi que des Australiens, des Britanniques, des Allemands, des Israéliens, des Russes et des Américains y ont séjourné.

Parmi les étrangers a figuré Pete Doherty, rocker britannique et ex-petit ami du mannequin Kate Moss, qui est venu au monastère en 2004 mais s'est enfui au bout de trois jours.

"La drogue est un substitut à quelque chose qui manque dans la vie. Parfois, c'est toute l'âme qui manque. Très souvent, l'amour de soi-même est absent. Si vous venez ici, vous devez être prêts à une grande bataille", explique Phra Hans, moine suisse de 58 ans qui conseille les toxicomanes étrangers avec trois autres ressortissants non-Thaïlandais, dont un ancien combattant américain de la guerre du Vietnam.

Financé par des dons, le monastère ne fait rien payer aux patients qui doivent préalablement et solennellement prendre l'engagement du "Satja", c'est-à-dire ne plus toucher à l'alcool ou à la drogue jusqu'à sa mort.

Tout le monde doit accepter les séances de vomissements pendant au moins les cinq premiers jours. Selon Phra Hans, la potion médicinale, dont la recette est tenue secrète, est composée de 108 extraits de plantes qui poussent dans les jardins du temple.

Ajhan Vichien, moine thaïlandais de 52 ans, précise que les personnes passent généralement entre 10 et 30 jours à Tham Krabok. Certaines restent plus longtemps.

Les patients se lèvent peu avant 05h00 du matin et commencent par nettoyer le périmètre du temple pendant une heure. Le reste de la matinée est consacré à la lecture, la musique et la méditation. A 14h00, c'est le moment d'un bain aromatique relaxant. Les séances obligatoires de vomissement, qui durent une dizaine de minutes, ont lieu à partir de 17h00 et, à 18h00, les patients se rassemblent devant un Bouddha en or pour chanter l'hymne national thaïlandais.

Outre les moines, 40 personnes séjournent actuellement au monastère. 80% sont de nationalité thaïlandaise.

Parmi les étrangers, Tracy, Ecossaise de 29 ans, a lutté pendant cinq ans contre l'héroïne avant de sombrer dans l'alcoolisme. Arrivée il y a cinq jours, elle a entendu parler de Tham Krabok via internet. "Je ne sais pas où va ma vie mais, ici, on a le temps de réfléchir".

Mujalin Wattanatirasade, Thaïlandaise de 29 ans, séjourne au monastère depuis sept mois. "Quand je vomis, c'est comme une torture. C'est douloureux, j'ai mal à l'estomac".

Nick Pengelly, Britannique de 30 ans drogué et alcoolique depuis 15 ans, affirme que Tham Krabok est sa dernière chance. "J'ai vécu l'enfer et la misère absolue. Maintenant, je veux vivre heureux".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
monastère bouddhiste de Tham Krabok, on nettoie, médite...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» un temple bouddhiste !
» [Architecture] Musée d’Art de Malmö par Tham & Videgard
» Quand maman nettoie amoureusement ma cage...
» couple de discus qui nettoie mais qui ne pond pas ?
» vends table monastère en chene clair massif + 8 chaises

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THAÏLANDE - CAMBODGE :: Catégorie à modifier... :: THAÏLANDE-
Sauter vers: