THAÏLANDE - CAMBODGE

THAÏLANDE & CAMBODGE : INFOS, EMPLOI, IMMOBILIER, CULTURE, POLITIQUE
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 des milliers de manifestants exigent le départ du P.M

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thaïlande - Cambodge
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5571
Date d'inscription : 08/08/2004

MessageSujet: des milliers de manifestants exigent le départ du P.M   Dim 5 Fév - 11:45



Des dizaines de milliers de manifestants ont réclamé samedi à Bangkok la démission du Premier ministre thaïlandais Thaksin Shinawatra qu'ils accusent de "tyrannie" et de "corruption".
• Saeed Khan (AFP/AFP - samedi 4 février 2006, 19h03)

samedi 4 février 2006, 19h03
Thaïlande: des milliers de manifestants exigent le départ du Premier ministre

BANGKOK (AFP) - Des dizaines de milliers de manifestants ont réclamé samedi à Bangkok la démission du Premier ministre thaïlandais Thaksin Shinawatra qu'ils accusent de "tyrannie" et de "corruption".
M. Thaksin, 56 ans, homme d'affaires reconverti dans la politique, est arrivé au pouvoir en 2001 et a été réélu triomphalement en 2005.



Ce rassemblement, qui se poursuivait à 16H45 GMT, est apparu comme l'un des plus sérieux défis adressés au Premier ministre depuis cinq ans.
Dans la soirée, le ministre de la Technologie, Sora-at Klinpratum, a démissionné. C'était la seconde démission d'un ministre au sein du gouvernement Thaksin en 24 heures.


Vendredi, la ministre de la Culture Uraiwan Thienthong, dont l'époux dirige une faction du parti au pouvoir, avait annoncé son départ afin de "préserver une éthique politique".
Le 23 janvier, une controverse a éclaté après la vente pour 1,9 milliard de dollars par la famille de M. Thaksin de toutes les parts qu'elle détenait dans Shin Corp, géant des télécoms qu'il avait lui-même fondé.

C'est Temasek, holding d'investissement du gouvernement singapourien, qui a acheté.

Les détracteurs du Premier ministre ont dénoncé la cession d'une entreprise stratégique à "des étrangers", le manque de transparence dans l'opération et le fait que le bénéfice de la vente ne soit pas imposable.

50.000 personnes selon la police, 100.000 selon les organisateurs, se sont rassemblées samedi à partir de 06H00 GMT sur une place de Bangkok située près du Parlement, scandant des slogans hostiles à M. Thaksin et réclamant son départ.

"Shin Corruption", pouvait-on lire sur une pancarte, tandis qu'une autre proclamait: "Bienvenue en Thaïlande, succursale de Singapour".

Le rassemblement était organisé par un patron de presse, Sondhi Limthongkul, qui, à l'automne dernier, a juré de faire tomber le Premier ministre.

Ex-partenaire d'affaires de M. Thaksin, M. Sondhi, 58 ans, attire régulièrement dans des parcs tous les mécontents du gouvernement depuis l'arrêt d'une émission qu'il animait à la télévision.

Samedi, il a remis une pétition destinée au roi de Thaïlande, Bhumibol Adulyadej, 78 ans, pour qu'il fasse pression sur M. Thaksin en vue d'une démission ou de nouvelles élections.

Le texte qualifie le Premier ministre de "dictateur qui est corrompu, manque d'éthique, n'a pas de respect pour la loi et abuse du pouvoir pour lui-même et sa famille".

De nombreux manifestants portaient des brassards et des T-shirts de couleur jaune, la couleur du vieux roi qui a accédé au trône il y a 60 ans.

Bhumibol ne dispose pas du pouvoir constitutionnel de limoger le Premier ministre mais est vénéré comme un Dieu par la grande majorité des Thaïlandais.

"Seul le roi peut me demander de démissionner", avait déclaré en début de journée le chef du gouvernement. "S'il me murmurait 'Thaksin, vous pouvez partir maintenant', je me prosternerais à ses pieds et démissionnerais immédiatement", avait-il dit, ajoutant: "Sinon, je ne me rendrai pas" parce qu'une "majorité du peuple souhaite que je continue à travailler".

La vente de Shin Corp fait toujours l'objet d'une enquête de la Commission chargée de vérifier la régularité des opérations en bourse.

Jeudi dernier, cette commission a estimé qu'il n'y avait pas eu de délit d'initié, mais que le fils de M. Thaksin, Pantongtae, pourrait avoir commis certaines irrégularités.

4.500 policiers ont été déployés pour éviter tout incident samedi. Les ambassades américaine, britannique et australienne avaient appelé leurs ressortissants à se tenir à l'écart du rassemblement.

Samedi soir, M. Thaksin se trouvait dans la région de Chiang Mai (nord de la Thaïlande), son fief électoral.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thaïlande - Cambodge
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5571
Date d'inscription : 08/08/2004

MessageSujet: Re: des milliers de manifestants exigent le départ du P.M   Lun 6 Fév - 19:03

MANIF - Mobilisation massive pour mettre Thaksin à la porte

Un an après sa réélection triomphale, le Premier ministre Thaksin connaît le plus grand revers de sa carrière politique. Samedi, une importante manifestation anti-gouvernement avait lieu à Bangkok exprimant une grogne populaire qui monte depuis une dizaine de jours. L’affaire Shin Corp est la goutte qui fait déborder le vase et apporte par la même occasion de l’eau au moulin du journaliste Sondhi

Un an après sa réélection triomphale, le Premier ministre Thaksin connaît le plus grand revers de sa carrière politique. Samedi, une importante manifestation anti-gouvernement avait lieu à Bangkok exprimant une grogne populaire qui monte depuis une dizaine de jours. L’affaire Shin Corp est la goutte qui fait déborder le vase et apporte par la même occasion de l’eau au moulin du journaliste Sondhi


Plusieurs milliers de Thaïlandais de tous âges et classes sociales confondus se sont rendus samedi au pied de la statue du roi Chulalongkorn à Bangkok pour exhorter le Premier ministre Thaksin Shinawatra à démissionner.
Les manifestants répondaient notamment à l’appel du magnat de la presse Sondhi Lithmongkul. Le point d’orgue de ce nouveau rendez-vous devait être la remise au Président du Conseil Privé d’une pétition destinée au Roi demandant son intervention pour le renoncement du Premier ministre.
" Ku chat" (sauvons le pays) était inscrit sur les bandeaux et casquettes jaunes portés par les manifestants qui ont scandé plusieurs fois dans la soirée à l’unisson "Thaksin Ok Pai !" (Thaksin dehors !). Sur les banderoles, de nombreux slogans tels que Thaksin, Sin of Tax, ou autres disant que la Thaïlande n’est pas à vendre, faisaient référence à l’affaire de la vente des parts de Shin Corp à la société singapourienne Temasek.
Plus de 50,000 manifestants
Le rassemblement, débuté en milieu de matinée, a atteint son point culminant vers 19h au moment où Sondhi est monté à la tribune. Le farouche opposant, autrefois proche du Premier Ministre, s’est exprimé pendant un peu plus d’une heure, arguant que ce dernier n’avait plus la légitimité nécessaire pour gouverner et que le pays allait droit vers une crise. Il a conclu par la lecture de la fameuse pétition avant de se rendre au domicile du Président du Conseil Privé.
La manifestation s’est poursuivie toute la soirée jusqu’en début de matinée hier. Selon The Bangkok Post, au moins 50 000 personnes se seraient rendues sur l’esplanade royale, 100.000 selon The Nation. Quoiqu’il en soit, les Thaïlandais ont répondu à l’appel malgré les mises en gardes émises par les autorités concernant des risques de débordements.
Le bateau du gouvernement prend l'eau
Le show de Sondhi, qui avait tendance à s’essouffler ces derniers temps a donc semble-t-il retrouvé un auditoire grâce à l’affaire Shin Corp qui a très vite mobilisé la société civile thaïlandaise à commencer par la presse et les juristes. De nombreuses pétitions ont en effet été adressées aux autorités et à Thaksin lui-même pour dénoncer ses agissements et demander sa démission. Par ailleurs, des enquêtes sont en cours concernant la vente des parts de Shin Corp.
Mais malgré la pression croissante, le Premier ministre affiche toujours sa détermination à rester en place tandis qu’au sein du gouvernement et de son propre parti, certains montrent des signes de faiblesse. A la grande satisfaction des manifestants de samedi, le ministre de l’Information et des Technologies de la communication a par exemple annoncé samedi sa démission. La seconde en deux jours après le départ vendredi de la ministre de la Culture. D’autres démissions pourraient suivre dans les jours à venir.
Apparemment, le bateau du gouvernement prend l’eau.
Pierre QUEFFELEC – (LPJ Bangkok) – lundi 6 Février

A propos de l’affaire Shin Corp
Le 23 janvier les enfants du Premier Ministre ont vendu 49% des parts de la Shin Corp à une société singapourienne, Temasek, pour un montant de 73 milliards de bahts exempts de l’impôt sur les bénéfices. Mais au-delà des soupçons d’évasion fiscale et autres malversations du genre, les Thailandais se sont indignés de voir le bien national et la sécurité du pays ainsi vendus à une société étrangère. Cela par la propre famille de celui qu’ils ont élu pour diriger les intérêts du pays. En effet, Shin Corp contrôle des secteurs stratégiques au travers de possessions telles que Shin Satellite, la chaîne de télévision satellite ITV ou encore plusieurs fréquences radio. En cela d’ailleurs, le premier ministre est plus directement concerné par les soupçons de l’opinion, puisque sans une modification de la loi sur les télécommunications engagée par le gouvernement il y a quelques mois, cette transaction historique n’aurait pas pu avoir lieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
des milliers de manifestants exigent le départ du P.M
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ferme des «mille vaches»: Des milliers de manifestants attendus à Amiens pour soutenir la Confédération paysanne
» Nouvelles normes bagages départ des USA??
» Lui apprendre à ne plus aboyer quand on part
» Départ de Gamin
» Cheval à donner avant départ pour la boucherie!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THAÏLANDE - CAMBODGE :: Catégorie à modifier... :: THAÏLANDE-
Sauter vers: