THAÏLANDE - CAMBODGE

THAÏLANDE & CAMBODGE : INFOS, EMPLOI, IMMOBILIER, CULTURE, POLITIQUE
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 ÉCOTOURISME AU CAMBODGE - Au pays de l’or vert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thaïlande - Cambodge
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5571
Date d'inscription : 08/08/2004

MessageSujet: ÉCOTOURISME AU CAMBODGE - Au pays de l’or vert   Mer 12 Avr - 19:48



ÉCOTOURISME AU CAMBODGE - Au pays de l’or vert

Les richesses naturelles de la province du Mondolkiri attirent de plus en plus de touristes. Un boom qu’il faut contrôler pour protéger cette fragile réserve de grands mammifères.




Le marché central de Sen Monorom, la capitale de la province du Mondolkiri, dans l’est du Cambodge, nous ramène dans un passé relativement récent où les gens de la région vivaient presque exclusivement de la terre. La matinée est claire, mais il fait étrangement sombre dans les étroites allées tortueuses qui courent entre les bicoques de bois couvertes de tôle ondulée rouillée. Quelques rayons d’un soleil capricieux filtrent dans ce dédale, éclairant ici une pile de mangues, là un étal de boucher où gît un sabot de bœuf, là encore un panier d’osier abritant un coq de combat. Des grands-parents et des bébés se balancent dans des hamacs, des chiots folâtrent sur un tas d’ordures, des poissons barbotant paresseusement dans des seaux d’eau sont saisis d’une main ferme, décapités sous la lame d’un couteau et aussitôt proposés aux chalands.
Mais, dès que l’on quitte le marché, l’asphalte flambant neuf de la grand-rue nous propulse dans un Sen Monorom résolument moderne. L’année écoulée a vu l’arrivée d’Internet et l’ouverture du premier bar à l’occidentale. Sen Monorom évolue à une telle allure que les notices des guides touristiques sont périmées avant d’être imprimées.
Miriam Smith, qui travaille pour une ONG suédoise, vit ici depuis 2003. “Il y a encore trois ans, dit-elle, on voyait souvent les Phnongs descendre de leurs villages de montagne à dos d’éléphant pour venir se ravitailler en ville. Aujourd’hui, c’est devenu un spectacle extrêmement rare.”
La région, jadis bastion de la minorité phnong, accueille une population de plus en plus diversifiée. Depuis quelque temps, en effet, des immigrants viennent chercher fortune dans l’est du Cambodge. Les vastes prairies ont été défigurées par des plantations de résineux, les téléphones portables ont conquis jusqu’à ces terres reculées, et de nouvelles constructions poussent comme des champignons.
Mais, pour les gens du pays, le plus grand changement survenu au cours de ces cinq dernières années tient au tourisme. Selon les chiffres du ministère du Tourisme, Sen Monorom n’avait vu passer que 298 voyageurs en 2000, pour la plupart des étrangers téméraires venus s’aventurer dans l’“Est sauvage” cambodgien ; l’an dernier, la ville a attiré plus de 10 000 visiteurs, dont 90 % de Khmers.
Cet afflux massif s’explique tout simplement par la mise en service de la nouvelle route de Phnom Penh. Depuis que le tronçon cauchemardesque reliant Mimot et Snoul a été refait, en 2004, le trajet de Phnom Penh à Sen Monorom ne prend plus que trois heures pendant la saison sèche, contre sept auparavant. Vers 1995, la chaussée était dans un tel état de délabrement qu’il était plus rapide de faire le détour par le Vietnam : on gagnait deux heures ! Désormais, les citadins cambodgiens n’hésitent plus à s’offrir un week-end au Mondolkiri, pour profiter de la fraîcheur estivale des hautes terres. Le nombre de touristes khmers a décuplé en l’espace d’un an, passant de 919 en 2003 à 8 295 en 2004. Chaque jour, des autocars climatisés et une bonne demi-douzaine de camionnettes bondées quittent la capitale à destination de Sen Monorom.
Une véritable fièvre bâtisseuse s’est emparée de la ville, où les habitants espèrent faire fortune grâce à la manne touristique. La petite capitale provinciale compte aujourd’hui seize auberges, contre à peine cinq en 2001, ainsi que deux hôtels et un centre de méditation doublé d’une station thermale. Dans le centre-ville, la route est bordée de pensions qui viennent d’ouvrir leurs portes, et au moins deux autres sont en cours de construction. Les établissements existants s’empressent d’agrandir leurs locaux, espérant être prêts pour le nouvel an khmer, à la mi-avril, qui devrait attirer plus d’un millier de visiteurs.
Le prix du foncier s’envole. Il y a sept ans, Sum Dy a payé 1 230 euros le terrain sur lequel il a bâti l’auberge qui porte son nom ; aujourd’hui, assure-t-il, ce terrain ne vaut pas moins de 65 000 euros. Bien d’autres récits concordent. Des terrains qui valaient 16 euros le mètre carré il y a cinq ans partent aujourd’hui à 820 euros, et les gens du cru comme les immigrants achètent de grandes parcelles qu’ils subdivisent et transforment en lotissements.
Les propriétaires de pensions misent sur l’arrivée d’une route asphaltée, dont le chantier devrait débuter en 2007. Voilà qui encouragera encore plus de gens de Phnom Penh à venir passer le week-end dans la région. Il serait également question de rouvrir la frontière avec le Vietnam au poste voisin de Dac Dam, ce qui devrait encourager les touristes étrangers à pousser de Da Lat jusqu’au Cambodge. Le Mondolkiri – avec ses paysages vallonnés, ses forêts, ses promenades à dos d’éléphant et ses tribus montagnardes – est à des années-lumière de l’effervescence de Phnom Penh, et on y trouve de surcroît une fraîcheur beaucoup plus agréable – ce qu’un Occidental installé sur place appelle la “climatisation gratuite”.
Les touristes khmers viennent surtout voir les chutes de Bou Sra, grande attraction locale, immortalisée par Sin Sisamuth, un chanteur populaire des années 1970, disparu sous les Khmers rouges. C’est sans aucun doute le clip karaoké de sa célèbre chanson, où l’on voit des danseuses phnongs devant la cascade, qui pousse tant de Khmers à venir admirer les chutes d’eau les plus spectaculaires de leur pays. La route qui dessert le site a également été refaite en 2004, et le trajet, qui prenait auparavant quatre heures en moto et dont Lonely Planet affirmait dans sa dernière édition que c’était“l’une des plus mauvaises routes du pays”, franchit désormais quatre ponts. A la saison sèche, il ne faut guère plus d’une heure pour arriver à Bou Sra. Grâce à tous ces aménagements, il arrive que certains week-ends de l’année, comme celui du nouvel an khmer, toutes les pensions et auberges de la ville affichent complet. “L’an dernier, nous avons eu beaucoup de demandes, mais nous n’avions plus une chambre. Les gens ont dû se rabattre sur Kratie ou Kompong Cham”, raconte Sum Dy, qui envisageait d’ajouter douze chambres aux cinq existantes pour le mois d’avril 2006.
Le Mondolkiri fait également l’objet de tous les soins du gouvernement et de plusieurs associations écologiques, qui espèrent en faire une destination d’écotourisme. Les centaines de milliers d’hectares de forêt sèche qui tapissent les flancs des montagnes et les vallées de la province constituent l’un des derniers sanctuaires d’Asie du Sud-Est pour les grands mammifères. On y rencontre des tigres, des léopards, des éléphants, des gibbons et des koupreys (une espèce de bœuf sauvage dont le Cambodge a fait son animal national). Près des trois quarts du territoire de la province sont actuellement protégés et placés sous l’autorité conjointe du WWF [Fonds mondial pour la nature] et du ministère de l’Agriculture, des Forêts et de la Pêche cambodgien. Keo Sopheak, responsable du projet de sanctuaire naturel de Sre Pok, qui fait partie de la zone protégée du Mondolkiri, est persuadé que l’écotourisme jouera un rôle clé pour assurer la viabilité économique de ces réserves : “Le tourisme apportera du travail aux communautés et générera des revenus qui permettront d’entretenir la zone protégée et de construire des écoles et des centres médicaux dans les villages phnongs.” Les responsables du projet comptent commencer en 2009 à organiser des visites guidées qui relieront directement le temple de Siem Reap aux relais pour safaris écologiques haut de gamme nichés au cœur de la réserve.
Des chauffeurs de moto-taxi aux gardes forestiers en passant par les responsables du tourisme, tout le monde ne jure plus que par l’écotourisme. Il reste pourtant beaucoup à faire pour que le concept trouve réellement son sens dans l’esprit des habitants du Mondolkiri. Pour beaucoup, il se résume pour l’instant à une visite aux chutes d’eau et à des balades à dos d’éléphant. Le projet Sre Pok est actuellement le seul programme de grande ampleur développé dans la région, mais même s’il attire des touristes fortunés, ceux-ci ne représenteront jamais qu’une petite fraction du flux de visiteurs. Abattage forestier illégal et braconnage sont monnaie courante, et les rochers de Bou Sra sont déjà jonchés de boîtes en polystyrène et de sacs en plastique. Le long du sentier menant aux chutes, des marchands offrent sur leurs étals toutes sortes d’organes d’animaux sauvages, auxquels de nombreux Khmers prêtent des vertus médicinales.
Kong Bunly, garde-chasse dans les forêts du Mondolkiri, est un “guerrier de la faune mondiale” et une partie de son travail consiste à sensibiliser les gens au caractère illégal de ce type de commerce. “Tous les touristes ne viennent pas simplement admirer les chutes d’eau et les temples, certains viennent aussi pour la faune. Il s’agit là d’une ressource essentielle, que nous devons absolument protéger. Si les touristes découvrent sur les étals des cadavres d’espèces en voie de disparition, ça fait plutôt mauvais effet”, commente-t-il. Mais, bien entendu, lors de sa tournée d’inspection, il ne trouve jamais l’ombre d’un squelette de loris, pas la moindre défense d’éléphant, pas une seule corne d’antilope – produits que, une demi-heure plus tôt, les marchands étalaient fièrement à la vue des visiteurs.
S’il est vrai que le développement des activités touristiques apportera inévitablement son lot de pollution, les perspectives économiques que laisse entrevoir l’écotourisme incitent les habitants démunis de la région à préserver leur cadre naturel exceptionnel. Le secteur emploie déjà des gens qui, sans cela, en seraient réduits à abattre des arbres ou à braconner pour survivre. “A Sre Pok, tous nos employés sont des Phnongs, assure M. Sopheak. Avant, ils étaient chasseurs. Maintenant, ils collaborent avec nous pour mettre un terme à la chasse.” Le tourisme induira inévitablement d’autres changements dans le Mondolkiri. Reste à savoir s’il répondra vraiment aux attentes des gens du pays, des ONG et des responsables gouvernementaux, et s’il s’agit bien de la formule magique qui fera pleuvoir des dollars tout en préservant l’environnement.
Kate Evans
Phnom Penh Post


Conflit
Les habitants de Dak Dam luttent depuis plus d’un an contre une concession de 10 000 ha offerte à la société chinoise Wuzhizhan, qui veut planter des résineux pour alimenter une usine de pâte à papier. Les villageois contestent la légalité de l’attribution des terrains et veulent protéger leur forêt traditionnelle – ainsi qu’une de leurs nécropoles.


Carnet de route
Y ALLER
La seule possibilité pour se rendre à Sen Monorom est de prendre la route récemment tracée dans la forêt à partir du district de Snoul. Depuis Phnom Penh, on peut louer une voiture ou prendre un autobus au départ du marché central, aussi appelé Psar Thmey, ou du Psar Depot, un marché situé dans le sud de la capitale. En fonction de l’état de la route, il faudra de six à dix heures pour parcourir les 545 kilomètres du trajet. Durant la saison des pluies, de mai à novembre – attention, la mousson arrive plus tôt dans les provinces montagneuses de l’est du pays que dans les plaines intérieures –, il est conseillé de louer une voiture à quatre roues motrices.

À VOIR
Avant de se rendre à Sen Monorom, il est conseillé de se renseigner sur les derniers hôtels ouverts ou sur les nouvelles excursions possibles dans la région. Car les choses changent très vite dans un pays en développement rapide comme le Cambodge. De nombreuses agences de voyages peuvent vous donner les informations récentes. Mieux vaut visiter la province du Mondolkiri à la fin de la saison des pluies, lorsque les herbes hautes qui couvrent les collines prennent une couleur vert foncé.
Pour vous balader en dehors de la ville de Sen Monorom, vous pouvez opter, en fonction de vos moyens et de vos envies, pour des déplacements en voiture (éventuellement en 4 x 4) ou en moto-taxi. Les pistes aux alentours de la ville sont en plus ou moins bon état, en fonction de la saison et de l’avancement des travaux routiers. Les hôtels proposent souvent d’organiser des excursions vers les chutes d’eau de Bou Sra. Depuis le village de Pou Tang, il est également possible de faire une promenade à dos d’éléphant. Un circuit d’écotourisme devrait prochainement ouvrir dans la réserve naturelle de Sre Pok.

À SAVOIR
La majorité des habitants de la province du Mondolkiri appartiennent à l’ethnie Phnong. Ils sont souvent victimes de discriminations de la part des Khmers des plaines, qui dominent l’administration et détiennent le pouvoir économique. La pression foncière accrue entraîne de nombreuses spoliations des terres ancestrales traditionnellement détenue par les communautés phnongs.
Province frontalière du Vietnam, le Mondolkiri a accueilli, au début des années 2000, une vague de réfugiés issus des minorités des provinces vietnamiennes voisines.
À LIRE
Des montagnards aux minorités ethniques, de Stan Tan Boon Hwee, Andrew Hardy, Mathieu Guérin et Van Chinh Ngyuen (éd. IRASEC-L’Harmattan, 2003) ; une étude sur la situation des minorités montagnardes au Cambodge et au Vietnam.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
ÉCOTOURISME AU CAMBODGE - Au pays de l’or vert
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cambodge : Le pays de l'éternel sourire
» Le Sourire :
» Bonne écurie - région Mons ou Hauts-Pays
» Promenade à l'écomusée du pays de Rennes
» Costume pays d'auray / vannetais 1800

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THAÏLANDE - CAMBODGE :: Catégorie à modifier... :: CAMBODGE-
Sauter vers: