THAÏLANDE - CAMBODGE

THAÏLANDE & CAMBODGE : INFOS, EMPLOI, IMMOBILIER, CULTURE, POLITIQUE
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Série d'explosions dans le sud de la Thaïlande

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thaïlande - Cambodge
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5571
Date d'inscription : 08/08/2004

MessageSujet: Série d'explosions dans le sud de la Thaïlande   Jeu 15 Juin - 10:58


Inspection d'un camion détruit par l'explosion d'une bombe, dans la province méridionale de Yala. L'explosion quasi-simultanée d'une quarantaine de bombes a fait deux morts et 16 blessés dans le sud musulman de la Thaïlande.
Photo prise le 15 juin 2006/REUTERS/Surapan Boonthanom

jeudi 15 juin 2006, mis à jour à 09:43
Série d'explosions dans le sud de la Thaïlande Reuters

L'explosion quasi-simultanée d'une quarantaine de bombes a fait deux morts et 16 blessés dans le sud musulman de la Thaïlande, annonce la police.

Les explosions se sont notamment produites dans des postes de police et dans des bureaux du gouvernement à Narathiwat, Pattani et Yala, dans les provinces du sud en proie à une insurrection séparatiste qui a causé la mort de plus de 1.300 personnes depuis deux ans.

Selon le Premier ministre Thaksin Shinawatra, les forces de sécurité savaient que ces opérations étaient en projet pour marquer l'anniversaire de la création du désormais défunt sultanat de Pattani, annexé par la Thaïlande il y a un siècle, mais n'ont pas réussi à les empêcher.

L'explosion principale a touché un commerce de thé devant le bureau de police de Kokpoe dans la province de Pattani, tuant un conseiller bouddhiste et blessant dix clients, a annoncé un policier de Kokpoe joint par téléphone.

L'autre décès - un garde de la sécurité qui inspectait des voitures - a eu lieu près du siège de l'administration provinciale de Pattani.

Des bombes avaient aussi été disposées dans un bibliothèque à Pattani, dans les toilettes de la mairie de Yala ainsi que dans les toilettes du bureau de police de Yala.

Selon la police et l'armée, les bombes, de petite taille, étaient conçues pour faire du bruit plutôt que pour tuer.

Le gouvernement thaïlandais a tenté par tous les moyens de mettre fin à la violence dans le sud, qui était autrefois un sultanat musulman indépendant avant d'être annexé par Bangkok il y a un siècle. Mais les attentats contre la population et les forces de sécurité se poursuivent quotidiennement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thaïlande - Cambodge
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5571
Date d'inscription : 08/08/2004

MessageSujet: Re: Série d'explosions dans le sud de la Thaïlande   Jeu 15 Juin - 11:32



Thaïlande: explosion de 41 bombes dans le Sud musulman et avertissement à Bangkok

Des rebelles musulmans ont fait sauter 41 bombes artisanales jeudi dans les trois provinces de l'extrême sud de la Thaïlande lors d'une opération parfaitement coordonnée qui est apparue comme un avertissement au gouvernement de Bangkok.


20Minutes.fr avec AFP | 15.06.06 | 10h24


Des rebelles musulmans ont fait sauter 41 bombes artisanales jeudi dans les trois provinces de l'extrême sud de la Thaïlande lors d'une opération parfaitement coordonnée qui est apparue comme un avertissement au gouvernement de Bangkok.

Ces attentats, qui ont tué un fonctionnaire et blessé 22 personnes, dont cinq soldats et un policier, ont visé notamment des bâtiments gouvernementaux dans les provinces de Narathiwat (17 bombes), Pattani (16) et Yala (Cool, proches de la Malaisie, où la population est majoritairement musulmane, contrairement au reste de la Thaïlande largement bouddhiste.

"Les rebelles ont planifié ces attaques parce que les bombes ont toutes explosé entre 07H45 et 08H15 (00H45 et 01H15 GMT) dans les trois régions", a déclaré à l'AFP le colonel Sommai Phutthakun, commandant adjoint de la police de Narathiwat.

"Ils ont voulu montrer leur puissance et la plupart des engins étaient télécommandés", a-t-il ajouté.

Ces attentats ont mis fin à une période de calme relatif qui a coïncidé pendant une semaine avec la célébration du 60e anniversaire de l'accession au trône du roi de Thaïlande, Bhumibol Adulyadej, le plus ancien monarque en exercice dans le monde. Des figures royales de 25 pays étaient venues en Thaïlande pour l'occasion.

Au total, plus de 1.300 personnes ont trouvé la mort depuis janvier 2004 dans des violences attribuées à des groupes d'insurgés et aux opérations des forces de sécurité dans l'extrême sud de la Thaïlande où la grande majorité de la population est d'ethnie malaise.

Des révoltes séparatistes ont éclaté périodiquement dans cette région -autrefois royaume indépendant de Pattani-, mais depuis deux ans, le conflit a pris une dimension islamique, alimentée, selon Bangkok, par des imams et des groupes extrémistes.

Le Premier ministre Thaksin Shinawatra a jusqu'ici privilégié la manière forte pour mater la rébellion mais, ce faisant, il s'est aliéné une bonne partie de la population.

"Regagner la confiance est la clé" en vue d'une solution, a déclaré récemment le chef de l'opposition démocrate, Abhisit Vejjajiva.

L'objectif des attaques de jeudi n'était pas de provoquer un grand nombre de victimes, a estimé Sunai Phasuk, qui travaille en Thaïlande pour l'organisation Human Rights Watch (HRW).

"Mais c'était clairement un avertissement aux autorités pour signifier que les rebelles sont capables de mener des attaques simultanées et bien coordonnées" alors que le gouvernement affirmait encore récemment qu'il était en train de prendre le dessus, a ajouté cet analyste.

De son côté, M. Thaksin a tenu la police pour responsable de l'échec sécuritaire de jeudi, les services de renseignement ayant disposé selon lui d'informations selon lesquelles les rebelles allaient entrer en action.

"En fait, les autorités savaient qu'il y aurait des attaques aujourd'hui mais elles n'ont pas prêté suffisamment attention", a déclaré le chef du gouvernement, en visite dans la région de Chiang Mai (nord de la Thaïlande).

Les attentats sont intervenus dix jours après la remise à M. Thaksin d'un rapport préconisant une approche plus politique pour mettre fin aux violences.

Le document émanait de la Commission pour la réconciliation nationale, mise en place en mars 2005 sous l'autorité d'Anand Panyarachun, un ancien Premier ministre très respecté.

Parmi ses recommandations, la commission a proposé la création d'un nouvel organe administratif régional qui jouerait un rôle de médiation et favoriserait une plus grande participation des musulmans du Sud dans les décisions locales.

Cet organe serait comparable à celui que M. Thaksin avait démantelé après son arrivée au pouvoir en 2001.

La Commission a également recommandé l'adoption du Yawi (dialecte local) comme "langue de travail" de l'administration dans cette région où de nombreux habitants ne parlent pas le thaï.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Série d'explosions dans le sud de la Thaïlande
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nénuphar.........." des Landes" !!!
» Température et biotope
» Stevia Rebaudiana Bertoni, la plante qui sucre....
» Thaïlande: Un varan caché dans un plafond du parlement à Bangkok
» Jardins aquatiques en Thaïlande

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THAÏLANDE - CAMBODGE :: Catégorie à modifier... :: THAÏLANDE-
Sauter vers: