THAÏLANDE - CAMBODGE

THAÏLANDE & CAMBODGE : INFOS, EMPLOI, IMMOBILIER, CULTURE, POLITIQUE
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le docteur tueur sous les verrous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thaïlande - Cambodge
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5571
Date d'inscription : 08/08/2004

MessageSujet: Le docteur tueur sous les verrous   Sam 2 Sep - 17:30



Le docteur tueur sous les verrous

Bangkok, 23/08/06
Richard S. Ehrlich (Traduction : François Tourane)

Le Dr Hellfried E. Sartori, interdit de pratique aux Etats-Unis et soupçonné d'avoir provoqué la mort de plusieurs personnes, a été arrêté à Chiang Mai le 9 juillet dernier. Il a été immédiatement mis en prison sous les charges de fraude commerciale et pratique illégale de la médecine après le décès de deux personnes ayant reçu des injections de son produit "miraculeux" capable de guérir leur cancer. Il avait procédé à ce traitement dans la chambre d'hôtel de ses patients, parmi lesquels figure Kathleen Preston, une Australienne décédée d'un cancer des ovaires en février dernier.
"Cette pauvre femme a saigné jusqu'à ce que mort s'en suive à cause de l'incompétence du personnel de l'hôpital", a affirmé Sartori après son arrestation. Agée de 58 ans, l'Australienne avait été admise au Maharaj Nakorn Hospital de Chiang Mai après avoir subi le traitement du docteur tueur. L'enquête post mortem avait révélé un fort taux de potassium dans son sang, un élément lié au traitement de Sartori. Ce dernier, un Autrichien âgé de 67 ans, s'est défendu en protestant de son innocence auprès d'un journaliste australien qui a pu l'interroger dans sa geôle à Chiang Mai. "Je n'ai commis aucun crime. J'ai seulement essayé d'aider les gens après qu'ils m'ont contacté."
Une Néo-Zélandaise, Melissa Judith Taylor, a perdu conscience au mois de juin dernier après que le charlatan lui a injecté un liquide dans les veines de son cou et de sa poitrine pour la traiter d'un cancer des poumons. Lorsqu'elle s'est enfin remise de son traitement de choc dans un autre hôpital de Chiang Mai, Melissa Taylor s'est rendue au poste de police. Elle a expliqué qu'elle avait eu vent du "Dr Ozone" grâce à un site Internet et s'était rendue à Chiang Mai pour qu'il puisse la guérir. Les médias ont baptisé Sartori Dr Ozone en raison du nom - "Ozone liquide" - qu'il donnait à son produit magique.
Pour sa défense, Sartori insiste aussi sur le fait qu'il n'a pas pratiqué les injections lui-même, qu'elles ont été faites par des infirmières dont il ne donne pas les noms. Il demandait la modique somme de 22000 dollars américains pour son traitement "miracle".
Le médecin déchu autrichien n'est cependant pas le seul dans son combat. Certains de ses supporters, sur des sites Internet, affirment que les membres de la tribu indienne Hopi, en Arizona, ainsi que les résidents de la vallée de Hunza, au Pakistan, connaissent des taux de cancer inférieurs en raison d'un régime alimentaire riche en potassium et de rubidium ou de césium, des produits hautement alcalins. Sartori affirme toujours que le césium, un élément chimique rare, peut guérir le cancer. Selon lui et ses partisans, l'ingestion de chlorure de césium ou de carbonate de césium crée un environnement hautement alcalin fatal aux cellules cancéreuses.
Le casier judiciaire de ce Dr Mabuse moderne est chargé. En Australie, la police estime que son association avec le Dr Alexandra Boyd, de Perth, est liée à la mort de six patients, dont un Américain qui a reçu une thérapie à base de chlorure de césium en Australie en mai 2005. Le Dr Boyd affirme qu'elle n'a donné "aucun traitement pour le cancer aux patients de Mr Sartori" et n'a procédé qu'à des analyses de sang. Le Dr Sartori aurait entrepris ses premières recherches sur le traitement du cancer par injection de césium en 1981, dans une clinique de Rockville (Maryland), aux Etats-Unis, où il aurait traité au moins cinquante patients, dont plus de la moitié sont décédés. Ses partisans sur internet affirme que ces résultats sont la preuve du succès de la méthode du Dr Ozone, car la vingtaine de survivants auraient retrouvé un état de santé normal.
L'arrestation du médecin, qui utilisait parallèlement l'alias "Abdul-Haddaq Sartori", est la conséquence d'une enquête de la police fédérale australienne qui remonte à novembre 2005. Celle-ci a demandé à la police thaïlandaise de conduire une investigation sur la mort d'un nombre élevé d'Australiens venus se faire traiter par le Dr Ozone à Chiang Mai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le docteur tueur sous les verrous
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Actu: Les cambrioleurs de Jaeger-LeCoultre sont sous les verrous
» Brésil: le roi de la déforestation illégale en Amazonie est sous les verrous
» Actu : Entreprise horlogère braquée: un employé sous les verrous
» faux , farine et gros sous......
» Associations de plantes sous le tremble

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THAÏLANDE - CAMBODGE :: Catégorie à modifier... :: THAÏLANDE-
Sauter vers: