THAÏLANDE - CAMBODGE

THAÏLANDE & CAMBODGE : INFOS, EMPLOI, IMMOBILIER, CULTURE, POLITIQUE
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les "séparatistes" en camp de rééducation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thaïlande - Cambodge
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5571
Date d'inscription : 08/08/2004

MessageSujet: Les "séparatistes" en camp de rééducation   Ven 3 Sep - 13:31

CAMP DE RATANAPOL (Thaïlande), 3 sept (AFP)
Les "séparatistes" en camp de rééducation, pour aimer la Thaïlande

Le drapeau national flotte doucement au-dessus des pelouses bien entretenues et des panneaux à l'entrée souhaitent la bienvenue aux visiteurs, mais ce camp de rééducation était le dernier endroit où Zakaria Dalae voulait se retrouver.

Soupçonné de sympathies pour les musulmans séparatistes qui multiplient les attentats dans le Sud de la Thaïlande, Zakaria a trouvé un matin des soldats sur le pas de sa porte et a été envoyé au camp apprendre que la Thaïlande est le seul protecteur légitime de son village.

Après six semaines de séances d'éducation physique et de cours de langue thaïe et d'histoire du pays bouddhiste à raison de huit heures par jour, Zakaria, un élu local musulman, a presque terminé sa "rééducation".

Il va quitter le centre avec un certificat et la carte de visite du commandant, au cas où il "serait un peu déboussolé", lui a-t-on dit, ou souhaiterait communiquer des informations sur les rebelles qui ont tué près de 300 personnes depuis le début de l'année.

Zakaria, 39 ans, ne pense pas qu'il "donnera" qui que ce soit. "Ma vie ne serait pas sûre", dit-il.

Les violences ont repris en janvier avec un raid meurtrier dans un dépôt d'armes de l'armée. Elles trouvent apparemment leurs racines dans la lutte séparatiste des années 80 dans cette région où l'écrasante majorité de la population est de confession musulmane et parle un dialecte malais.

Bangkok accuse les enseignants de l'islam de fomenter la violence actuelle dans les trois provinces de Yala, Pattani et Narathiwat.

Impuissant à faire cesser les troubles, le Premier ministre Thaksin Shinawatra a à la fois promis de nouveaux investissements et généralisé la loi martiale dans le cadre d'une stratégie poigne de fer, dont le camp de rééducation, ouvert en juillet, est l'un des éléments.

Zakaria affirme qu'on s'est trompé d'homme en l'y envoyant: il n'a jamais soutenu le combat séparatiste.

"C'était une perte de temps", dit-il en ruminant sur le manque à gagner de sa petite plantation d'hévéas de la province de Yala. "J'ai toujours dit que c'était mieux de faire partie de la Thaïlande. Je suis très en colère".

Le colonel Chamlong Khunsong, officier aux manières affables chargé du camp de "renforcement de la paix" où les barrières de sécurité sont dissimulées derrière des feuillages, a "rééduqué" environ 150 hommes.

"Je suis sûr que 90% changent complètement. Nous en faisons des citoyens thaïlandais loyaux. Ce n'est pas difficile. En général ce sont des gens biens", dit-il.

Dans le camp, les hommes se lèvent à 5h30 pour la prière. A 8h, revêtus de tee-shirts noirs avec un logo représentant le drapeau thaïlandais, ils assistent au lever des couleurs et chantent l'hymne national.

Le colonel Chamlong lit des extraits de discours du roi sur l'unité et ils chantent encore: "Aimons-nous les uns les autres".

L'alternative, c'est la mort dans des accrochages avec les forces gouvernementales, dit le colonel, qui affirme que la rééducation est efficace.

Elle ne repose sur aucune violence, assure-t-il, mais ceux qui se comportent mal perdent des points dans la course au tee-shirt organisée régulièrement.

On apprend aussi aux hommes à se servir de radios pour mettre sur pied un réseau d'informateurs dans les villages. Trois hommes ont appelé après leur sortie du camp, indique le colonel, dont l'un avec des informations après une fusillade.

Mais les experts du Sud soulignent que les mouchards sont le plus souvent rapidement abattus.

L'extinction des feux a lieu à 22h30, les portes ne sont pas verrouillées.

"Nous voulons leur faire sentir que ce n'est pas une prison, mais une deuxième maison... Mais nous avons un système de protection", dit le colonel.

Alors, ils ne peuvent pas sortir?

"Jamais", répond-il en souriant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les "séparatistes" en camp de rééducation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Maroc Camp/Dernières nouvelles] Les campings "visités" par Ricardo en 2016
» Aliments spéciaux "vieux cheval"
» Sylvie Joly - "Le Cantal"
» Cataracte "sénile"???
» Crevette Caridina cf. cantonensis "Crystal red" / Caridine crystal red

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THAÏLANDE - CAMBODGE :: Catégorie à modifier... :: THAÏLANDE-
Sauter vers: