THAÏLANDE - CAMBODGE

THAÏLANDE & CAMBODGE : INFOS, EMPLOI, IMMOBILIER, CULTURE, POLITIQUE
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 En Thaïlande: recherche des corps dans des zones plus....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thaïlande - Cambodge
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5571
Date d'inscription : 08/08/2004

MessageSujet: En Thaïlande: recherche des corps dans des zones plus....   Lun 3 Jan - 12:47


Un éléphant participe au déblayage dans la province de Phang Nga, le 3 janvier 2005
lundi 3 janvier 2005, 10h33
En Thaïlande: recherche des corps dans des zones plus difficiles

BAAN NAM KHEM (Thaïlande), 3 jan (AFP) - Les autorités thaïlandaises concentraient lundi la recherche des corps des victimes du tsunami du lendemain de Noël sur les zones plus difficiles d'accès, comme les lacs du village de pêcheurs de Baan Nam Khem (sud), où des milliers de personnes sont toujours portées disparues.
Les raz-de-marée ont fait au moins 5.046 morts, dont 2.459 touristes étrangers en Thaïlande mais, huit jours après la catastrophe, 3.810 personnes étaient toujours portées disparues.

En provenance des régions dévastées, parviennent des informations laissant penser que le bilan pourrait gravement s'alourdir. Et même au-delà des sombres prévisions de 7.000 à 8.000 morts faites au cours du week-end par le Premier ministre Thaksin Shinawatra.
Le ministre de l'Environnement, Suvit Khunkitti, cité par des journaux locaux, a indiqué que la recherche des corps devrait prendre fin mercredi dans la plupart des régions.

D'ici là, l'attention doit se porter sur quelques endroits où l'on craint qu'un grand nombre de personnes aient été prises au piège, comme les lacs ou les réservoirs de Baan Nam Khem ou la mangrove de Takua Pa.

Les deux localités se trouvent dans la province de Phang Nga (sud), la plus touchée avec 4.004 morts dont 2.209 étrangers. Cette région inclut Khao Lak, station balnéaire qui a payé un des plus lourds tributs à la catastrophe.

Le ministre de l'Environnement a indiqué au journal Matichon que des plongeurs devaient arriver lundi soir à Khao Lak. Leurs recherches sous-marines seront les dernières pratiquées dans la zone. Des plongeurs seront également à l'oeuvre sur l'île de Kho Khao et à Baan Nam Khem.

L'épouse de Lim Saephu pourrait se trouver au fond d'un des nombreux petits lacs de la municipalité, avec l'un de ses fils, également disparu. "Ma femme se trouvait dans la maison. Tout a été emporté" par la vague, explique à l'AFP son mari âgé de 80 ans qui, lui, se trouvait au deuxième étage d'un hôtel en construction, échappant ainsi aux eaux en furie.

"Je ne trouve pas ma femme. Je cherche tous les jours et je vais voir tous ceux qu'ils retrouvent. Je continuerai jusqu'à ce que je la retrouve".

Selon Somsakun Nisarut, responsable de l'organisation humanitaire Poh Teck Tung, de nombreux corps peuvent encore être repêchés. "Il y a beaucoup, beaucoup de lacs. Nous devons draguer chacun d'eux un par un. Je ne sais pas combien de temps cela prendra, peut-être une semaine, peut-être deux", ajoute-t-il.

"Cinq mille personnes vivent dans le village. Nous pensons que trois milliers d'entre eux sont disparus et que la plupart sont morts", a indiqué dimanche le capitaine de police Chanarong Pungantatmongkol à l'AFP.

La localité a été pratiquement réduite en morceaux, les bateaux de pêche jetés dans ses rues, et l'un d'entre eux s'est même retrouvé perché sur le toit d'une maison en ruines.

Une vingtaine de pays européens comptent des ressortissants disparus dans le sud très touristique de la Thaïlande, en particulier la Suède, qui en recherche plus de 2.900 (en plus de 52 morts confirmés) et la Norvège, avec 462 disparus plus 980 qui se trouvaient en Asie et dont on est sans nouvelles (en plus de 21 décédés).

La France a indiqué de son côté craindre un bilan "bien supérieur à 150" morts.

M. Thaksin --dont un sondage indiquait lundi que sa cote de popularité avait progressé après le raz-de-marée, à un mois législatives-- a promis que la région serait reconstruite en deux mois, afin de faire revenir les touristes et assurer son gagne-pain à la population locale.

A Phuket, et particulièrement sur la plage hyper-touristique de Patong, on s'activait à déblayer gravats des trottoirs, maisons, boutiques et restaurants pour redonner une apparence de normalité.

"J'espère juste que cela ne touchera pas trop l'industrie du tourisme. C'était une catastrophe naturelle, pas un acte terroriste, dit Araya Kositkun, qui dirige une équipe de 25 hommes qui sortent des quantités importantes de gravats du centre commercial Jintana.

Des centaines de personnes souffrent de désordre post-traumatique et le ministère de la Santé a annoncé l'ouverture d'un centre d'aide psychologique à Takua Pa, qui traitera les patients pendant deux ans.

Le traumatisme des victimes du tsunami est sans précédent en raison notamment du sentiment de culpabilité des survivants, avec un risque important de névroses et de suicides, ont averti les experts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
En Thaïlande: recherche des corps dans des zones plus....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jardins aquatiques en Thaïlande
» Thaïlande 2011 par la route
» La Thaïlande, c'est le paradis
» Adeniums en Thaïlande
» quelques souvenirs de Thaïlande

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THAÏLANDE - CAMBODGE :: Catégorie à modifier... :: THAÏLANDE-
Sauter vers: