THAÏLANDE - CAMBODGE

THAÏLANDE & CAMBODGE : INFOS, EMPLOI, IMMOBILIER, CULTURE, POLITIQUE
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Thaïlande: doutes sur l'origine de 2.000 morts...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thaïlande - Cambodge
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5571
Date d'inscription : 08/08/2004

MessageSujet: Thaïlande: doutes sur l'origine de 2.000 morts...   Dim 9 Jan - 12:49


La piscine d'un hôtel détruite par le raz-de-marée, le dimanche 9 janvier 2005 à Khao Lak
dimanche 9 janvier 2005, 10h37
Thaïlande: doutes sur l'origine de 2.000 morts, Joschka Fischer à Phuket


PHUKET (AFP) - Deux semaines après le tsunami, la Thaïlande a multiplié dimanche par dix le nombre de morts dont elle ignore l'origine et plusieurs émissaires étrangers, dont le ministre allemand des Affaires étrangères Joschka Fischer, ont inspecté la zone sinistrée de l'île de Phuket.
L'origine de quelque 2.000 personnes tuées lors des raz-de-marée du 26 décembre est mise en doute, a annoncé le ministre thaïlandais de l'Intérieur.

Des examens initiaux se sont révélés non fiables sur 1.973 cadavres, a expliqué le ministère, qui a dit douter désormais de l'origine de 2.184 des morts --thaïlandais ou étrangers-- , soit dix fois plus que jusqu'ici.
Des tests d'ADN ont été faits sur des échantillons de corps qui étaient déjà en décomposition, a expliqué le ministre de l'Intérieur Bhokin Bhalakula à la presse à Phuket, et tous les examens seront refaits sur les corps trouvés plus de cinq jours après le tsunami.


Le ministère a maintenu à 5.305 le bilan des tués dans les raz-de-marée qui ont balayé six provinces du Sud touristique de la Thaïlande.
Parmi les morts, 1.792 sont désormais considérés comme étant des Thaïlandais et 1.329 des étrangers, a dit le ministère.

Le nombre de personnes portées disparues a baissé légèrement dimanche à 3.445 --soit 2.322 Thaïlandais et 1.123 étrangers-- certaines personnes considérées comme disparues ayant contacté les autorités, d'autres ayant fait l'objet d'une déclaration de disparition par des proches dans deux centres différents.

Alors qu'un doute important était donc jeté sur le nombre de victimes étrangères dans cette catastrophe sans précédent, les visites d'émissaires de pays ayant perdu des ressortissants se poursuivaient.

"La première chose que nous devons savoir maintenant (concerne) les disparus", a dit M. Fischer s'adressant à des journalistes après avoir visité la zone dévastée par les murs de vagues.

Soixante Allemands sont morts en Asie et 1.000 sont portés disparus, essentiellement en Thaïlande.

M. Fischer s'est rendu au temple de Yanyao dans la province dévastée de Phang Nga, celle qui a enregistré les quatre cinquièmes des morts.

Le temple bouddhiste a été transformé en morgue de fortune et accueille quelque 1.800 dépouilles que tentent d'identifier des experts légistes d'une vingtaine de pays dans le cadre d'une opération internationale d'identification sans précédent.

Le gouvernement allemand a proposé samedi de jouer un rôle moteur dans la mise en oeuvre d'un système d'alerte aux tsunamis en Asie du Sud par le biais du Centre de géophysique de Potsdam (est) qui propose de recourir aux courriers électroniques et SMS pour alerter rapidement les populations, a déclaré une porte-parole samedi.

"L'Allemagne devrait jouer un rôle moteur dans la mise en oeuvre d'un système d'alerte aux tsunamis en Asie du Sud," a affirmé une porte-parole du ministère allemand de l'Education et de la Recherche à Berlin.

Selon le plan, en cas de tremblement de terre, l'alerte sera donnée en quelques minutes sur l'internet, déclenchant l'envoi automatique de courriels et de SMS (messages écrits sur télépones portables, ndlr) à tous les utilisateurs connectés au réseau d'alerte, administration, hôtels, particuliers, a déclaré de son côté la ministre allemande de la Recherche Edelgard Bulmahn, citée par la presse.

Le ministre des Affaires étrangères Surakiart Sathirathai, qui avait rencontré M. Fischer samedi à Bangkok, de même que ses homologues de Norvège et du Japon, a déclaré avoir invité ces trois pays à participer à une rencontre régionale les 28 et 29 janvier sur un système d'alerte au tsunami.

Autres visiteurs, le ministre irlandais des Affaires étrangères Dermot Ahern est arrivé dimanche à Phuket pour inspecter les zones dévastées, et la sous-secrétaire d'Etat italienne aux Affaires étrangères Margherita Boniver se trouvait également en tournée sur l'île.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thaïlande - Cambodge
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5571
Date d'inscription : 08/08/2004

MessageSujet: Re: Thaïlande: doutes sur l'origine de 2.000 morts...   Dim 9 Jan - 17:54


dimanche 9 janvier 2005, 14h18
Thaïlande: doutes sur l'origine de 2.000 morts, Joschka Fischer à Phuket

PHUKET (AFP) - Deux semaines après les tsunamis, la Thaïlande a multiplié dimanche par dix, à quelque 2.000, le nombre de morts dont elle ignore l'origine et plusieurs émissaires étrangers, dont le ministre allemand des Affaires étrangères Joschka Fischer, ont inspecté l'île sinistrée de Phuket.
Le ministère de l'Intérieur a maintenu à 5.305 le bilan des tués dans les raz-de-marée du 26 décembre qui ont balayé six provinces du Sud touristique de la Thaïlande : 1.792 d'entre eux sont désormais considérés comme étant des Thaïlandais, 1.329 comme étant des étrangers, l'origine des autres morts étant remise en question.

Des examens initiaux se sont, en effet, révélés non fiables sur 1.973 cadavres, a expliqué le ministère, qui a dit douter désormais de l'origine de 2.184 des morts --thaïlandais ou étrangers--, soit dix fois plus que jusqu'ici.
Des tests d'ADN ont été faits sur des échantillons de corps qui étaient déjà en décomposition, a expliqué le ministre de l'Intérieur Bhokin Bhalakula à la presse, et tous les examens seront refaits sur les corps trouvés plus de cinq jours après les raz-de-marée.


Par ailleurs, le nombre de personne portées disparues a légèrement baissé dimanche à 3.445 --soit 2.322 Thaïlandais et 1.123 étrangers.
Alors qu'un doute important était donc jeté sur le nombre des victimes étrangères dans cette catastrophe sans précédent, les visites d'émissaires de pays ayant perdu des ressortissants se poursuivaient.

"La première chose que nous devons savoir maintenant (concerne) les disparus", a dit M. Fischer après avoir visité la zone dévastée par les murs de vagues.

Soixante Allemands sont morts en Asie et 1.000 sont portés disparus, essentiellement en Thaïlande.

M. Fischer s'est rendu au temple de Yanyao dans la province très éprouvée de Phang Nga. Le temple bouddhiste a été transformé en morgue de fortune et accueille quelque 1.800 dépouilles que tentent d'identifier des experts légistes d'une vingtaine d'Etats dans le cadre d'une opération internationale inédite.

Il a réitéré l'offre faite samedi par le gouvernement allemand de jouer un rôle moteur dans la mise en oeuvre d'un système d'alerte aux tsunamis en Asie du Sud par le biais du Centre de géophysique de Potsdam (est).

Conformément à ce plan, en cas de tremblement de terre, l'alerte sera donnée en quelques minutes sur l'internet, déclenchant l'envoi automatique de courriels et de SMS (messages écrits sur télépones portables, ndlr).

Bangkok a invité tous les pays touchés ainsi que le Japon, les Etats-Unis, la Norvège et l'Allemagne à une rencontre les 28 et 29 janvier sur un système d'alerte au tsunami, a indiqué le ministère des Affaires étrangères.

Autres visiteurs, le ministre irlandais des Affaires étrangères Dermot Ahern et la sous-secrétaire d'Etat italienne aux Affaires étrangères Margherita Boniver ont aussi inspecté dimanche les zones sinistrées de Phuket.

Comme M. Fischer, M. Ahern a insisté auprès de M. Bhokin sur une identification rapide des corps. "Ils nous a assuré qu'il n'y aurait pas de retard", a-t-il dit.

Après ceux de Grande-Bretagne, Norvège, Canada, Japon, Allemagne et Irlande venus depuis vendredi, les chefs de la diplomatie chinoise et espagnole sont attendus ces prochains jours en Thaïlande, de même que des sénateurs américains, puis les chefs de gouvernement du Canada et des pays nordiques ainsi que le roi de Suède.

Bangkok a fait preuve de solidarité en envoyant dimanche une équipe de secouristes et 7,5 tonnes d'aide à Aceh, province indonésienne du nord de Sumatra où plus de 100.000 personnes ont péri.

Le chef de cette équipe a expliqué que la Thaïlande pouvait se permettre d'agir ainsi car ses propres pertes sont limitées par rapport à celles de l'Indonésie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Thaïlande: doutes sur l'origine de 2.000 morts...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Thaïlande 2011 par la route
» La Thaïlande, c'est le paradis
» Adeniums en Thaïlande
» quelques souvenirs de Thaïlande
» Thaïlande, inondations à Bangkok : ce que les touristes doivent savoir !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THAÏLANDE - CAMBODGE :: Catégorie à modifier... :: THAÏLANDE-
Sauter vers: