THAÏLANDE - CAMBODGE

THAÏLANDE & CAMBODGE : INFOS, EMPLOI, IMMOBILIER, CULTURE, POLITIQUE
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 l'industrie du tourisme réunie à Phuket pour relancer...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thaïlande - Cambodge
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5571
Date d'inscription : 08/08/2004

MessageSujet: l'industrie du tourisme réunie à Phuket pour relancer...   Lun 31 Jan - 10:52


Des ministres et des responsables et spécialistes du tourisme se sont retrouvés lundi à Phuket, l'île thaïlandaise sinistrée par le tsunami du mois dernier, pour relancer le secteur secoué par la pire catastrophe naturelle de son histoire.
• Frederic J. Brown
lundi 31 janvier 2005, 8h43

Tsunami: l'industrie du tourisme réunie à Phuket pour relancer le secteur

PHUKET (Thaïlande) (AFP) - Des ministres et des responsables et spécialistes du tourisme se sont retrouvés lundi à Phuket, l'île thaïlandaise sinistrée par le tsunami du mois dernier, pour relancer le secteur secoué par la pire catastrophe naturelle de son histoire.
Le secrétaire général de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT), organisatrice de la conférence à laquelle participent une trentaine de pays et des organisations internationales, a souligné que le secteur avait dû faire face à une série d'épreuves depuis les attentats du 11 septembre 2001.

Mais le tsunami qui a fait plus de 283.000 morts le 26 décembre sur les pourtours de l'océan Indien dépasse les événements précédents, a dit M. Francesco Frangialli.
"C'est un événement d'une ampleur exceptionnelle. En fait, dans l'histoire du tourisme, il s'agit de la catastrophe la plus importante que nous ayons connue, si nous considérons le nombre des victimes parmi les touristes et les gens qui travaillent dans l'industrie", a-t-il dit.

"Mais d'un autre côté, cela se situe dans un contexte de croissance rapide du secteur", a-t-il dit, reflètant l'idée généralement acceptée d'un prochain rebond.

L'Asie du Sud-Est, qui a généré des revenus de plus de 27 milliards de dollars dans le tourisme en 2002, prévoit quelque 50 millions d'arrivées cette année et 56 millions l'an prochain.

Harsh Varma, responsable de la coopération technique de l'Organisation mondiale du tourisme, a ajouté que la rencontre devait déboucher sur un programme précis et concret pour les destinations touchées par les raz-de-marée.

La Thaïlande avait demandé qu'elle se tienne sur l'île de Phuket pour montrer à l'extérieur qu'une bonne partie des infrastructures y restaient opérationnelles en dépit des destructions sur certaines des plages les plus célèbres.

La Thaïlande a enregistré le plus grand nombre de victimes du tsunami parmi les touristes étrangers, avec 1.948 morts confirmés sur 5.390.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thaïlande - Cambodge
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5571
Date d'inscription : 08/08/2004

MessageSujet: Re: l'industrie du tourisme réunie à Phuket pour relancer...   Lun 31 Jan - 13:42


Le secrétaire général de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT), organisatrice de la conférence à laquelle participent une trentaine de pays et des organisations internationales, a souligné que le secteur avait dû faire face à une série d'épreuves depuis les attentats du 11 septembre 2001.
• Frederic J. Brown
lundi 31 janvier 2005, 10h10
Tsunami: l'industrie du tourisme réunie à Phuket pour relancer le secteur



PHUKET (Thaïlande) (AFP) - Des ministres et des professionnels du tourisme se sont retrouvés lundi à Phuket, l'île thaïlandaise sinistrée par le tsunami du mois dernier, pour relancer le secteur secoué par la pire catastrophe naturelle de son histoire.
Le secrétaire général du conseil exécutif de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT), organisatrice de la conférence de deux jours à laquelle participent une trentaine de pays et des organisations internationales, a rappelé que le secteur avait dû faire face à une série d'épreuves depuis les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis.

Mais le tsunami qui a fait plus de 283.000 morts le 26 décembre sur les pourtours de l'océan Indien "est un événement d'une ampleur exceptionnelle", a dit M. Francesco Frangialli.
"En fait, dans l'histoire du tourisme, il s'agit de la catastrophe la plus importante que nous ayons connue, si nous considérons le nombre des victimes parmi les touristes et les gens qui travaillent dans l'industrie", a-t-il dit.

"Mais d'un autre côté, cela se situe dans un contexte de croissance rapide du secteur", a-t-il dit, reflètant l'idée généralement acceptée d'un prochain rebond.
L'Asie du Sud-Est, qui a généré des revenus de plus de 27 milliards de dollars dans le tourisme en 2002, prévoit quelque 50 millions d'arrivées cette année et 56 millions l'an prochain.

Harsh Varma, responsable de la coopération technique de l'OMT, a ajouté que la rencontre devait déboucher sur un programme précis et concret pour les destinations touchées par les raz-de-marée.

"Ce n'est pas une crise ordinaire et ce n'est pas une rencontre ordinaire", a-t-il dit. "Notre plan d'action ne doit pas se limiter à des actions de court terme. Il doit être pointu, ciblé et couvrir tout une série de stratégies".

La Thaïlande a souhaité que la conférence, initialement prévue à Bangkok, se tienne sur l'île de Phuket pour montrer à l'extérieur qu'une bonne partie des infrastructures y restait opérationnelle en dépit des destructions sur certaines des plages les plus célèbres.

La Thaïlande a enregistré le plus grand nombre de victimes du tsunami parmi les touristes étrangers, avec 1.948 morts confirmés sur 5.393.

Les ministre des pays touchés ont appelé instamment les touristes à revenir, se plaignant notamment que des mises en garde contre les voyages lancés par certains pays occidentaux avaient pu effrayer les touristes.

"Les Maldives restent le paradis de l'océan Indien. S'il-vous-plaît, venez chez nous, c'est la meilleure façon de contribuer au redémarrage de notre économie et à nos efforts de reconstruction", a déclaré le ministre maldivien du Tourisme Mustafa Lutfi à l'AFP.

"Nous sommes de nouveau sur pied, la plupart de nos hôtels sont opérationnels, seulement une petite partie a été fermée", a-t-il assuré.

Thamrin Bachri, vice-ministre indonésien des Relations internationales, a expliqué que "en termes d'impact, l'Indonésie a été frappée de plein fouet, mais en terme de tourisme, Aceh ne recevait que 0,05% des arrivées de touristes".

"Voilà pourquoi nous voulons dire aux touristes: les voyages en Indonésie sont sûrs", a-t-il dit, expliquant que Bali, perle du tourisme de l'immense archipel, se trouve à 3.000 km d'Aceh.

Peter de Jong, président de la PATA (Association du voyage en Asie-Pacifique), a expliqué que les opérateurs les plus petits avaient été les plus touchés. En Thaïlande, 57% des hôtels détruits ou endommagés n'avaient pas plus de 20 chambres.

"Nous voulons plaider leur cause pour nous assurer que les agences gouvernementales réunies ici font de gros efforts, simplement parce que 90% de notre secteur est composé de petites et moyennes entreprises", a-t-il déclaré.

Le tourisme est une industrie très profitable dans les pays touchés par le tsunami, surtout la Thaïlande, l'Indonésie, le Sri Lanka, et les Maldives --où il représente jusqu'à 30% du PIB.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thaïlande - Cambodge
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5571
Date d'inscription : 08/08/2004

MessageSujet: Re: l'industrie du tourisme réunie à Phuket pour relancer...   Mar 1 Fév - 10:40


Tsunami : L'industrie du tourisme réunie à Phuket


Des ministres et des professionnels du Tourisme se sont retrouvés le 31 janvier à Phuket, l'île thaïlandaise sinistrée par le tsunami du 26 décembre, pour relancer le secteur secoué par la pire catastrophe naturelle.
Le secrétaire général du conseil exécutif de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT), organisatrice de la conférence de deux jours, à laquelle participent une trentaine de pays et des organisations internationales, a rappelé que le secteur avait dû faire face à une série d'épreuves depuis les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis. Mais le tsunami qui a fait plus de 283.000 morts sur les pourtours de l'océan Indien, "est un événement d'une ampleur exceptionnelle", a souligné Francesco Frangialli.
"En fait, dans l'histoire du tourisme, il s'agit de la catastrophe la plus importante que nous ayons connue, si nous considérons le nombre des victimes parmi les touristes et les gens qui travaillent dans l'industrie", a-t-il dit. "Mais d'un autre côté, cela se situe dans un contexte de croissance rapide du secteur", a-t-il ajouté, reflétant l'idée généralement acceptée d'un prochain rebond.
L'Asie du Sud-Est, qui a généré des revenus de plus de 27 milliards de dollars dans le tourisme en 2002, prévoit quelque 50 millions d'arrivées cette année et 56 millions l'an prochain. Harsh Varma, responsable de la coopération technique de l'OMT, a ajouté que la rencontre devait déboucher sur un programme précis et concret pour les destinations touchées par les raz-de-marée. "Ce n'est pas une crise ordinaire et ce n'est pas une rencontre ordinaire", a-t-il dit. "Notre plan d'action ne doit pas se limiter à des actions de court terme. Il doit être pointu, ciblé et couvrir tout une série de stratégies".
La Thaïlande a souhaité que la conférence, initialement prévue à Bangkok, se tienne sur l'île de Phuket pour montrer à l'extérieur qu'une bonne partie des infrastructures y restait opérationnelle en dépit des destructions sur certaines des plages les plus célèbres. La Thaïlande a enregistré le plus grand nombre de victimes du tsunami parmi les touristes étrangers, avec 1.948 morts confirmés sur 5.393.

Les touristes appelés à revenir
Les ministres des pays touchés ont appelé instamment les touristes à revenir, se plaignant notamment que des mises en garde contre les voyages lancées par certains pays occidentaux aient pu les effrayer. "Les Maldives restent le paradis de l'océan Indien. S'il-vous-plaît, venez chez nous, c'est la meilleure façon de contribuer au redémarrage de notre économie et à nos efforts de reconstruction", a déclaré le ministre maldivien du Tourisme, Mustafa Lutfi. "Nous sommes de nouveau sur pied, la plupart de nos hôtels sont opérationnels, seulement une petite partie a été fermée", a-t-il assuré.
Thamrin Bachri, vice-ministre indonésien des Relations internationales, a expliqué que "en termes d'impact, l'Indonésie a été frappée de plein fouet, mais en termes de tourisme, Aceh ne recevait que 0,05 % des arrivées de touristes". "Voilà pourquoi nous voulons dire aux touristes : les voyages en Indonésie sont sûrs", a-t-il dit, expliquant que Bali, perle du tourisme de l'immense archipel, se trouve à 3.000 km d'Aceh.
Peter de Jong, président de la PATA (Association du voyage en Asie-Pacifique), a expliqué que les opérateurs les plus petits avaient été les plus touchés. En Thaïlande, 57 % des hôtels détruits ou endommagés n'avaient pas plus de 20 chambres.
Le tourisme est une industrie très profitable dans les pays touchés par le tsunami, surtout la Thaïlande, l'Indonésie, le Sri Lanka et les Maldives, où il représente jusqu'à 30 % du PIB.

AFP/VNA
( 01/02/05 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thaïlande - Cambodge
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5571
Date d'inscription : 08/08/2004

MessageSujet: Re: l'industrie du tourisme réunie à Phuket pour relancer...   Mar 1 Fév - 12:25


mardi 1 février 2005, 9h56

L'organisation mondiale du tourisme à l'aide des pays sinistrés par le tsunami

PHUKET (Thaïlande) (AFP) - Le conseil exécutif de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT) a ouvert mardi à Phuket la première session d'urgence de son histoire en appelant à des actions décisives pour restaurer la confiance dans les destinations de l'océan Indien sinistrées par le tsunami.
Plutôt qu'à Bangkok, cette session a été organisée sur l'île de Phuket sinistrée par les raz-de-marée du 26 décembre, à la demande des autorités thaïlandaises qui souhaitaient prouver que les infrastructures étaient toujours en place et rassurer les touristes occidentaux alors que les taux d'occupation ont brutalement chuté à 10%.


"Il est important de prendre des mesures visant à s'assurer que les flux touristiques reprennent dès que possible pour alléger la souffrance des populations touchées", a déclaré le secrétaire-général de l'OMT, Francesco Frangialli, devant les représentants de plus de 40 pays et organisations internationales.
"Nous devons rapidement restaurer les emplois et l'espoir", a-t-il ajouté, "un retour rapide (...) à l'activité professionnelle qui soit aussi normal que possible sera la meilleure forme d'aide".

Après la pire catastrophe pour le secteur touristique, les 29 pays membres du conseil exécutif de l'OMT doivent se prononcer sur un plan d'action qui a été discuté la veille à Phuket par les experts.
M. Frangialli a expliqué que l'OMT pourrait aider les pays touchés en leur permettant de modifier leur offre, par exemple en limitant leur dépendances vis-à-vis du tourisme balnéaire, en formant les personnels pour remplacer tous ceux qui sont morts dans la catastrophe, et en informant le public sur la situation réelle dans ces pays.

David Beirman, représentant d'Israel et auteur d'une étude "Restaurer la confiance dans les destinations touristiques en crise" a expliqué à l'AFP que l'un des problèmes était les conceptions erronées parmi les touristes.

"A chaque fois qu'il y a une crise, que ce soit du terrorisme, une guerre, une catastrophe naturelle ou une épidémie, le premier problème pour beaucoup des pays (touchés) est qu'ils sont perçus comme très dangereux".

"Notre premier défi est donc d'expliquer la réalité", dit-il.

Parmi les onze pays balayés par le tsunami qui a fait 283.000 morts dans la région, les industries du tourisme de la Thaïlande, du Sri Lanka et des Maldives ont été les plus affectées.

Mais fondamentalement l'OMT n'est pas pessimiste et elle s'attend à un redressement rapide cette année, après le vif rebond constaté dans le tourisme mondial en 2004, avec une hausse de 10% des arrivées, à 760 millions, selon des chiffres révélés lundi.

Le Premier ministre Thaksin Shinawatra devait s'exprimer devant les délégués --dont une douzaine de ministres du Tourisme des différents continents-- en fin de journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thaïlande - Cambodge
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5571
Date d'inscription : 08/08/2004

MessageSujet: Re: l'industrie du tourisme réunie à Phuket pour relancer...   Mar 1 Fév - 16:57


mardi 1 février 2005, 13h09
Plan d'action de l'organisation mondiale du tourisme pour l'océan Indien



PHUKET (Thaïlande) (AFP) - Le conseil exécutif de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT) a approuvé mardi à Phuket, lors de la première session d'urgence de son histoire, un plan d'action pour les pays de l'océan Indien sinistrés par le tsunami.
Le conseil de 29 membres a approuvé un plan d'activités destinées à relancer la confiance dans le Sri Lanka, les Maldives, la Thaïlande et l'Indonésie, où le tsunami a entraîné une brutale baisse des arrivées de touristes.


Plutôt qu'à Bangkok, cette session a été organisée sur l'île de Phuket sinistrée par les raz-de-marée du 26 décembre, à la demande des autorités thaïlandaises qui souhaitaient prouver que les infrastructures étaient toujours en place et rassurer les touristes occidentaux alors que les taux d'occupation ont brutalement chuté à 10%.
"Il est important de prendre des mesures visant à s'assurer que les flux touristiques reprennent dès que possible pour alléger la souffrance des populations touchées", a déclaré le secrétaire-général de l'OMT, Francesco Frangialli, devant les représentants de plus de 40 pays et organisations internationales.



"Nous devons rapidement restaurer les emplois et l'espoir", a-t-il ajouté, "un retour rapide (...) à l'activité professionnelle qui soit aussi normal que possible sera la meilleure forme d'aide".
Le plan d'action a été soumis au conseil exécutif par les experts qui se sont réunis la veille à Phuket.

Le "plan d'action de Phuket" se concentre sur "la sauvegarde des emplois du tourisme, la relance des petites entreprises touristiques, et le retour à des flux touristiques qui font que les économies marchent".

Le document de neuf pages dressse une liste d'idées pour la région ou des pays spécifiques et son application sera suivie par une réunion de l'OMT à Berlin le 10 mars.

Il appelle à une meilleure communication sur la situation dans les pays touchés, une campagne de publicité mondiale, un soutien technique et financier pour les PME, la formation de nouveaux salariés après la mort de nombreux d'entre eux dans la catastrophe, et des analyses sur le facteur risque pour les établissements de front de mer.

Les ministres présents ont estimé que le succès du plan dépendait de la mise en oeuvre de ses mesures concrètes.

Certains pays ou organisations ont promis une contribution financière à la région, telle la Corée du Sud (400.000 dollars). L'International Finance Corporation (ASQ: IFK - actualité) (IFC) a offert 2,5 millions de dollars pour des entreprises au Sri Lanka, en Thaïlande, aux Maldives. Les Pays-Bas, Visa International et le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) ont offert des montants non dévoilés.

L'OMT et l'organisation internationale de l'aviation civile vont aussi coopérer avec l'Onu sur un système d'alerte aux tsunamis, objet d'un accord partiel en fin de semaine dernière à Phuket.

David Beirman, représentant d'Israel et auteur d'une étude "Restaurer la confiance dans les destinations touristiques en crise" a expliqué à l'AFP que l'un des problèmes était les conceptions erronées parmi les touristes.

"A chaque fois qu'il y a une crise, que ce soit du terrorisme, une guerre, une catastrophe naturelle ou une épidémie, le premier problème pour beaucoup des pays (touchés) est qu'ils sont perçus comme très dangereux".

"Notre premier défi est donc d'expliquer la réalité", dit-il.

Parmi les 11 pays balayés par le tsunami qui a fait 283.000 morts dans la région, les industries du tourisme de la Thaïlande, du Sri Lanka et des Maldives ont été les plus affectées.

Mais fondamentalement l'OMT n'est pas pessimiste et elle s'attend à un redressement rapide cette année, après le vif rebond constaté dans le tourisme mondial en 2004, avec une hausse de 10% des arrivées, à 760 millions, selon des chiffres révélés lundi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thaïlande - Cambodge
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5571
Date d'inscription : 08/08/2004

MessageSujet: Re: l'industrie du tourisme réunie à Phuket pour relancer...   Mer 2 Fév - 21:30


Vif rebond du tourisme dans le monde en 2004

· Plus de 10% en 2004, la plus forte croissance depuis 10 ans

· L’OMT fondamentalement optimiste malgré les effets du raz-de-marée

· Entre 5 et 8% attendus cette année

Le nombre de touristes dans le monde a augmenté de 10% en 2004, marquant la plus forte croissance du secteur en dix ans et opérant un net redressement après une période de stagnation, a déclaré le 31 janvier l’Organisation mondiale du tourisme (OMT). L’organisation estime que cette tendance ne devrait pas être modifiée par les effets du raz-de-marée destructeur du 26 décembre et s’attend à de bons résultats, soit une croissance de 5 à 8%, pour cette année. «Après trois ans de stagnation de la croissance, le tourisme international a connu un rebond spectaculaire en 2004 où la grande majorité des destinations a rapporté des résultats positifs et de nombreux records», selon un rapport saisonnier de l’organisation, dont le siège est à Madrid. Le document a été diffusé à l’occasion d’une conférence internationale réunie à Phuket, en Thaïlande, pour relancer le secteur à la suite du tsunami qui a fait quelque 283.000 morts sur le littoral de l’océan Indien. «Sans vouloir minimiser les effets dévastateurs du tsunami, cela n’affecte pas de manière significative les résultats de 2004 car il s’est produit dans la dernière semaine de l’année», note le rapport. Il ajoute que l’impact du raz-de-marée «devrait être limité dans le temps et ne toucher que certaines destinations particulières. La tendance des résultats du tourisme pour la région ne devrait pas en être modifiée». Le responsable des recherches de l’organisation, Augusto Huescar, a ajouté que la catastrophe s’était produite alors que le tourisme connaissait un boom dans la région, avec une hausse du nombre de visiteurs de 23% en Thaïlande, 18% en Inde, 13% au Sri Lanka et 9% aux Maldives. «Nous sommes optimistes en ce qui concerne la croissance. Nous avons besoin de temps, disons jusqu’à la mi-février, pour évaluer l’impact», a-t-il dit aux délégués d’une trentaine de pays. Dans le monde, l’organisation professionnelle a déclaré que le tourisme avait augmenté de 10% avec 760 millions d’arrivées, sa plus forte croissance depuis 1994. L’Asie et le Pacifique arrivent en tête avec une croissance de 29%, suivis du Moyen-Orient avec 20% d’arrivées supplémentaires. Ces performances s’expliquent en partie par la base de comparaison, l’année 2003 ayant souffert de la guerre d’Irak, de l’épidémie de Sras (pneumopathie atypique) et d’une anémie de l’économie mondiale. L’Afrique et l’Europe se situent en dessous de la moyenne mondiale, mais font quand même mieux que les années précédentes. L’Europe de l’Ouest a en revanche notamment été pénalisée par la force de l’euro, selon le rapport. Le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et des pays d’Afrique australe ont également souffert des taux de change alors que les Etats-Unis, le Mexique et l’Amérique du Sud notamment ont profité de la faiblesse du dollar. Huescar a indiqué qu’une croissance située entre 5 et 8% était prévue pour l’industrie touristique cette année.

Les sinistrés du tsunami


LE conseil exécutif de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) a ouvert le 1er février à Phuket la première session d’urgence de son histoire en appelant à des actions décisives pour restaurer la confiance dans les destinations de l’océan Indien sinistrées par le tsunami. Plutôt qu’à Bangkok, cette session a été organisée sur l’île de Phuket sinistrée par les raz-de-marée du 26 décembre, à la demande des autorités thaïlandaises qui souhaitaient prouver que les infrastructures étaient toujours en place et rassurer les touristes occidentaux alors que les taux d’occupation ont brutalement chuté à 10%. Après la pire catastrophe pour le secteur touristique, les 29 pays membres du conseil exécutif de l’OMT doivent se prononcer sur un plan d’action qui a été discuté la veille à Phuket par les experts. Le secrétaire général de l’OMT, Francesco, Frangialli a expliqué que l’OMT pourrait aider les pays touchés en leur permettant de modifier leur offre, par exemple en limitant leur dépendance vis-à-vis du tourisme balnéaire, en formant les personnels pour remplacer tous ceux qui sont morts dans la catastrophe, et en informant le public sur la situation réelle dans ces pays.

Synthèse L’Economiste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: l'industrie du tourisme réunie à Phuket pour relancer...   Aujourd'hui à 17:37

Revenir en haut Aller en bas
 
l'industrie du tourisme réunie à Phuket pour relancer...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Volcan : Pour Que Choisir, l'industrie du tourisme a baladé les consommateurs
» industrie et ecologie
» [video] tourisme urbain à Nantes
» Tourisme - Escapade pétillante en Champagne
» [Lampe] Azimut Industrie réédite la lampe 1969...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THAÏLANDE - CAMBODGE :: Catégorie à modifier... :: THAÏLANDE-
Sauter vers: